DES DIABLES ET DES SAINTS

Joseph, la soixantaine, passe ses journées à jouer du Beethoven sur les pianos publics d’aéroports et gares du monde entier où il attend. Il raconte son histoire et celle de tous ses camarades des Confins, un orphelinat à l’atmosphère pesante.

Joe a 16 ans, et comme la plupart des adolescents de son âge il ne supporte plus ni ses parents ni sa petite sœur. Sa vie est rythmée par ses cours de piano et les Rolling Stones. Mais, quelques temps avant les premiers pas de l’homme sur la Lune en 1969, la mort tragique de sa famille dans un accident d’avion va bouleverser sa vie. Il est envoyé aux Confins où il découvre le dur quotidien des pensionnaires et apprend peu à peu les règles qui régissent leur monde. Entre les violences de celui qu’ils surnomment Grenouille, et du dirigeant l’orphelinat, Joe fait la rencontre de la Vigie, un petit groupe de rebelles qui rêve d’évasion au son d’une vieille radio. Il fait également la rencontre de l’irritante Rose à qui il est chargé d’apprendre le piano tous les samedis.

C’est une histoire de révolte, d’impuissance et de liberté. C’est aussi, dans le fond, une histoire d’amour. Parce que Joseph attend une femme.

Coline.

MATHILDE NE DIT RIEN

De Tristan Saule

Le Quartanier Editeur.

Dans ce roman noir, que l’on pourrait aussi qualifier de social, Mathilde est conseillère au social dans une antenne départementale, sans doute dans l’Est de la France. Sa vie terne se déroule du boulot à sa place Carrée, où elle réside. Elle n’a pas de relations, si ce n’est avec une famille de voisins auxquels elle est très attachée. Lorsque ceux-ci sont menacés d’expulsion, et que Mathilde aura recensé tous les moyens légaux qui ne peuvent résoudre leurs problèmes, elle passe du côté de l’illégal, de l’intimidation; car Mathilde se tait, mais elle déteste par-dessus tout l’injustice. La tension monte au fur et à mesure des chapitres, qui nous dévoilent aussi le passé de Mathilde. C’est un très bon roman noir, qui ne vous lâche pas, avec des personnages attachants, que l’on pourrait retrouver l’an prochain dans un autre épisode.

Hélène.

Pourquoi serons-nous fermés les 26 décembre et 2 janvier ?



–>
Pourquoi serons-nous fermés les 26 décembre et 2 janvier ?
J’ai juste envie de vous dire parce que… Comme les gamins, parce que ce serait trop long de vous raconter en détail cette année étonnante, dérangeante, violente. Parce que nous avons trouvé que, finalement, le temps, c’est rare et le temps avec ceux qu’on aime a encore été plus rare cette année.
Deux petits bouts de choux, de quatre ans et onze mois, qu’on n’a pas embrassé depuis….Pfffffff !
Alors oui, passer du temps près d’eux, leur raconter des histoires, plonger nos yeux dans leurs yeux brillants des guirlandes, leur raconter que le Père Noël a égaré sa camionnette, qu’il n’arrivera que demain matin, à l’heure où blanchit la campagne, qu’il faut maintenant aller dormir. Remonter la couette sur le menton, compter jusqu’à trois, et dire maintenant tu dors, guetter les yeux qui se plissent, la bouche qui rie, et d’une voix fluette entendre Lou nous dire : Papy Chef, si tu l’entends, tu lui dis de ne pas oublier les cadeaux de moi et Noé.
Éteindre la lumière et ne guetter que leurs souffles paisibles.
Prendre le temps, un peu, tellement.
On se dit à lundi 28 !

C’est bientôt Noël! Numéro 3!

C’est parti pour la bande dessinée!!!

C’est bientôt Noël! Deuxième épisode!

A la semaine prochaine pour la bande dessinée!

La ville sans vent Eléonore Devillepoix Hachette Romans

En grande adepte de romans tournant autour de la fantaisie, j’ai adoré la lecture de la ville sans vent d’Eléonore Devillepoix ! Les deux personnages de l’histoire sont très attachants. La lecture est fluide et les changements de points de vue rendent celle-ci addictive. Lastyanax qui devient mage à seulement 19 ans tente d’élucider la mystérieuse mort de son mentor. Quant à Arka, jeune fille de 13 ans au caractère bien trempé, cherche son père dans la ville sans vent. Les deux nouveaux comparses ne s’imaginaient pas tomber dans des intrigues politiques et des complots dont ils ne soupçonnaient pas toute l’ampleur.

Je suis entrée très rapidement dans le roman grâce à l’intriguant passé d’Arka. La ville sans vent est un roman très divertissant et j’attends avec impatience de pouvoir me plonger dans le second tome !

Léia

La Bête Zidrou/ Frank Pé Éditions Dupuis

Cette formidable BD, d’un format carré, très original, nous conte l’arrivée, dans les années cinquante, en plein trafic d’animaux exotiques, d’un marsupilami dans le port d’Anvers. Celui-ci parvient à s’enfuir et est recueilli par François, un jeune garçon qu’élève seule sa mère, qui est le souffre-douleur d’enfants plus riches, mais qui possède surtout un don incroyable pour trouver, soigner, aimer tous les animaux démunis et estropiés de la vie. Il se doute bien que cette fois, ce n’est pas un animal ordinaire qu’il a recueilli; mais il sait aussitôt les gestes pour l’amadouer, le rassurer. Je n’en dirai pas plus sur ce premier tome de « la bête », qui est aussi un hommage incroyable au Marsupilami de Franquin créé pour Spirou.

A la folie, pas du tout M.J Arlidge Les Escales

Helen Grace, officier de police, tout juste sortie de prison et réhabilitée dans ses fonctions, enfourche sa Kawasaki toute neuve.

Elle ne sait pas encore que c’est une journée à 100 à l’heure qui l’attend.

7 heures, une mère de famille est tuée sur une route de campagne.

Deux heures plus tard , c’est au tour d’un pharmacien à Southampton d’être abattu dans sa boutique.

Quels sont les liens entre ces deux individus appréciés et sans histoire… et les autres qui vont suivre ?

Helen doit faire face à une équipe dans laquelle la confiance a été bafouée, et doit tout faire pour démêler les fils de cette sanglante affaire.

Les femmes sont très présentes et déterminées dans ce thriller. On suit l’enfance torturée du meurtrier et l’impact que peut avoir le passé sur nos vies.

Chaque chapitre correspond à une heure de la journée. Ils sont courts, ce qui donne à l’intrigue un rythme soutenu .

On a qu’une hâte : arriver au bout !

Monique

Bonne nuit mon ange Aimée Molloy Les Escales noires

Jeunes mariés, la quarantaine, Sam et Annie viennent de s’installer dans une petit ville de l’état de New York afin de se rapprocher de la mère de Sam atteinte de démence et placée en institution

Sam est psychothérapeute et se crée sa clientèle dans un bureau aménagé dans une grande et ancienne maison mise gracieusement à disposition par un habitant de la ville, en échange de quelques travaux routiniers. Il y reçoit ses patients et leurs secrets.

Mais est-il bien le seul à les écouter ?

Quant à Annie, elle s’ennuie et instaure avec Sam des jeux amoureux pour vaincre la monotonie.

En attendant la petite fortune que son père lui a léguée par l’intermédiaire de sa mère, Sam mène un train de vie au-dessus de ses moyens et s’endette.

Et puis un jour, Sam disparait !

A-t-il voulu échapper à sa situation financière ? Est-il parti avec une de ses patientes ?

Annie ne veut pas croire et cherche à comprendre ce qui lui est arrivé.

Thriller psychologique déroutant par moments tant l’intrigue est bien construite, on se demande même si on n’a pas oublié de lire un chapitre, pourtant tous les détails sont là. On continue, on veut comprendre !

Monique

Nos coups de cœur de fin d’année!

Comme on est un peu confinés, on a pris le temps de vous faire une petite vidéo sur nos gros coups de cœur du moment! C’est la première, on va essayer de vous en faire une par semaine!