Ce qu’il advint du sauvage blanc François Garde Gallimard

 

Pour son premier roman, François Garde nous conte l’histoire de Narcisse Pelletier qui, au milieu du XIXème siècle fut « oublié » sur une île inconnue australienne. Tiré d’une histoire vraie, le narrateur imagine ce que furent ses premiers temps dans cette contrée sauvage où il sera recueilli par un peuple aborigène, et surtout par une femme qui va lui sauver la vie. 17 ans plus tard, une goélette va le ramener à Sydney. Muet, prostré, on ne sait que faire de lui, mais comme il semble réagir à la langue française, on va le confier à Octave de Vallombrun, géographe aristocrate qui va lui réapprendre sa langue maternelle et le protéger. Tout le roman alterne entre la réadaptation contée de manière épistolaire par Octave et la vie de Narcisse sur cette terre si inhospitalière pour un européen. Très bien écrit, le roman ne nous donne pas toutes les clés, mais il nous incite à réfléchir sur les civilisations et leur évolution ainsi que sur les buts de la colonisation… L’Académie Goncourt ne s’y est pas trompée en lui accordant le Goncourt du premier roman!

 

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :