La danseuse de Varsovie Arnost Lustig Editions Galaade

Avec « la Danseuse de Varsovie« , c’est le deuxième roman d’Arnost Lustig que traduit Erika Abrams après le somptueux « Elle avait les yeux verts » en 2010.

Comme le disait Lustig: « Les femmes ont ce quelque chose qui fait vivre les poètes » et ceci est tellement vrai dans ce roman inspiré d’une histoire réelle.

Katarzyna Horowitz, parce qu’elle ne veut pas mourir, va se retrouver avec vingt juifs américains, qui, en échange de millions, vont tenter de s’extraire du camp. mais tout ceci, bien évidemment n’est qu’un miroir aux alouettes que leur a tendu Friedrich Brenske.

Il ne restera à Katarzyna qu’une dernière danse finalement, devant les juifs nus, les SS sanglés dans leurs uniformes impeccables, et les commandos des crématoires aux tenues rayées. Une dernière danse pour ne pas mourir comme tout un chacun, une dernière danse qui ne pourra jamais être oubliée.

Plus qu’un chant pour la liberté, la Danseuse de Varsovie fait partie de ces romans rares qui assiègent la mémoire. Katarzyna  va y rester longtemps.

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :