Westfront Fabrice le Henanff 12 bis

westfront

C’est la fin, la fin d’un tout, d’une guerre, la fin des illusions perdues pour des soldats perdus. C’est ce moment où on ne sauve rien, sinon sa peau. Il n’est pas question d’autre chose que de vivre, vivre encore un peu.

Il n’y a que des vaincus en fait, car même ceux qui viennent mettre Berlin en ruines ont de drôles de profils. Chacun a quelque chose à fuir.

Fabrice le Henanff est un virtuose du trait et de la couleur. Ce qu’il restitue ici a le goût du métal et du Panzerfaust, ce goût aussi du sang qui imprègne les pages. De mirages en faux semblants, il nous entraîne dans les pas de ces soldats qui se sont trompés de guerre, qui n’ont jamais cru à un idéal mais qui ont fini sous les balles, dans une clairière, tous sauf un…

Un album à ne rater sous aucun prétexte!

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :