Dans la montagne d’argent Anne Sibran Grasset

sibran Lire Anne Sibran, c’est accepter un voyage entre mots et souffle. Ici, elle nous emmène en Bolivie sur les traces d’Agustin Osorio, mineur à Potosi. Entre Agustin et la montagne, c’est une lutte à mort qui s’engage.

Dans le ventre de cette montagne, coincé à mille pieds de profondeur, Agustin est pris au piège qu’elle lui a tendu, la jambe bloquée sous un amas de roches. A cet instant, dans l’obscurité des veines de la mine, Agustin va se souvenir de ce qui était sa vie, quand il courait au dehors, quand il n’était pas enchaîné avec ses camarades indiens, le corps plié, les jambes arquées, plongeant dans les abymes afin de faire pisser l’argent par tous les pores de la montagne.

S’il ne pouvait y avoir qu’un seul homme pour conter l’histoire de son peuple, ce ne pouvait être qu’Agustin, le fils de Sara Quiroga, celui qui dit aux nouveaux en gravissant la Montagne : « Petit, laisse ici ta mémoire d’homme. Tout ce qui t’attendrit pose-le là, sur cette pierre ». Car dans cette montagne, ce n’est pas la vie qu’on laisse entrer, c’est le goût âcre de l’arsenic qui s’insinue pour faire cracher à la roche son filet d’argent.

Ici, la Montagne est une femme ronde qui avale ses enfants et qui les recrache parfois. Elle est nourricière et tueuse. Elle est femme et démon. Elle est celle qui donne et qui reprend, elle est la mesure du temps qui rythme autant les naissances que les morts.

S’il ne pouvait y avoir qu’une seule femme pour écrire la vie d’Agustin Quiroga, ce ne pouvait être qu’Anne Sibran, elle seule à savoir mettre en mots la litanie terrifiante de ces indiens exploités, ravagés, assassinés sur le principe de l’exploitation de l’homme par l’homme. Elle seule aussi à pouvoir raconter la beauté d’âme de ces hommes et ces femmes, arpentant durant trois ans les contreforts andins, parlant leur langue, le Quechua, pour nous donner ce roman où l’argent se dit dans les deux sens, minerai et unité monétaire. Et c’est Agustin qui le dira : « Non, j’ai compris que le véritable adversaire n’est pas avec nous à trotter dans la mine. Il est dehors, il est loin. Il surgit seulement à la fin du carnage, pour réclamer les pièces neuves et les lingots… »

La Campagne de France Jean-Claude Lalumière Le Dilettante

lalumière

Disons-le tout net, cette Campagne de France est tout simplement jubilatoire. Elle nous entraîne dans le sillage d’Alexandre et Otto, les inventeurs du Cultibus,une agence qui propose des voyages en autocar à travers l’Europe. Et quand il s’agit de trimballer les sociétaires de l’Amicale Luzienne des retraités, les risques d’impondérables, de surprises, d’amitié franco-allemande mise à mal, de détournement de nains de jardin, de confusion entre Giraudeau et Giraudoux, de bifurcation vers la Faute-sur-Mer et l’ouragan Xynthia sont à craindre.

Malgré leur bonne volonté, nos deux gentils organisateurs doivent faire face aux caprices de l’essence de colza autant qu’à à la fronde légendaire du retraité français. Devant tant d’adversité conjuguée, je vous assure que la partie est loin d’être gagnée !

Servi par des dialogues savoureux et une prose où le loufoque n’est jamais loin, la Campagne de France de Jean-Claude Lalumière nous emmène dans un voyage qui finira par se révéler magnifiquement émouvant…

Pour ceux qui ne sont pas encore au courant!

clara et jeff