La disparition de Jim Sullivan Tanguy Viel Editions de Minuit

jim

Tanguy Viel est un caméléon, aussi habile pour se cacher dans le costume d’un tueur (voir L’absolue perfection du crime!) que dans celui d’un auto- fictionneur familial (lire Paris Brest!) ou dans ce dernier roman absolument génial, celui d’un auteur américain qui écrirait, tiens, par exemple, un roman américain!

Tout ceux qui lisent un tant soit peu connaissent les codes du roman américain. Il faut un personnage principal, si possible un peu alcoolo, conduisant une voiture américaine, ici une Dodge Coronet 1969 qui ressemble à ça!:

dodge

Pour faire encore plus roman américain, le dit propriétaire de cette Dodge se nomme Dwayne Koster, il est évidemment divorcé, sa femme le trompe avec un prof de littérature ( à ce moment là on croirait du Philip Roth ou du Joël Dicker, ce dernier étant au premier ce que le Canada Dry est au Bourbon que s’enfile joyeusement Dwayne Koster! Vous suivez?).

Bref, Tanguy Viel est un géant qui nous entraîne jusqu’aux plaines de Sumer avec des billets de banque pleins la mallette! Il faut juste 153 pages pour que Dwayne… Euh, non, là je ne dis rien, simplement que si vous voulez lire un grand roman américain en 2013 ( avec Impurs de David Vann!) achetez le prochain Tanguy Viel, ce n’est rien que du bonheur ( avec de la Dodge et du Bourbon et les fesses de Milly en prime!!!). Allez, let’s go for BBQ time avec Jim Sullivan (not Vernon!)!

Impurs David Vann Gallmeister en librairie le 7 mars

img026

Qui a déjà lu David Vann sait pertinemment qu’il s’aventure dans un chemin qui serpente entre la littérature, l’expression de la folie, l’exacerbation des sentiments, la mise en abyme  des frustrations, mais certainement aussi la recherche de ce qu’il y a de plus profond en nous, ce qui nous blesse, ce qui nous arrache, ce qui nous fait peur.

Dans ce troisième roman après Sukkwan Island et Désolations qui se passaient dans la froidure du Grand Nord, Vann nous conduit dans la chaleur de la plaine californienne. Pas la Californie de carte postale, mais dans la Vallée, là où les températures dépassent allègrement les 40°.

Galen y vit seul avec sa mère. Seules viennent parfois sa Tante Helen et la cousine Jennifer, charmante petite garce qui soumet Galen à son bon vouloir. Entre rancœurs et frustrations, dans la moiteur étouffante de l’été, les ombres les plus noires ne sont pas celles des noyers sur la grange, mais celles qui naissent parfois dans le cerveau des hommes. Tentant d’appliquer le principe de Siddartha qu’il a lu plus de cent fois:  » Quand le moi sous toutes ses formes sera vaincu et mort,  quand toutes les passions et toutes les tentations qui viennent du cœur se seront tues, alors se produira le grand prodige, le réveil de l’Être intérieur et mystérieux qui vit en moi et qui ne sera plus moi », Galen va essayer de briser toutes les tentations charnelles qui le minent. En dire plus vous empêcherait de sombrer vous aussi dans l’écriture magistralement inquiétante de David Vann. Bien sûr qu’on a souvent envie d’arrêter sa lecture, mais il y a ce puits, cette bonde qui tourne sur elle-même et vous entraîne à sa suite, dans l’épouvante, dans l’apprentissage de la souffrance, de la douleur qui sublime, qui arrache toute la peau, qu’il n’y ait plus que la chair entre la terre et le soleil.

Un roman initiatique, sublimement dérangeant, qui n’a pas d’équivalent.

La Famille Fang Kevin Wilson Presses de la Cité

fangAh, la Famille Fang!

Les parents, Caleb et Camille, leurs enfants, enfant A (Annie) et enfant B (Buster). Voici une famille comme je n’en ai jamais connue, du moins avec des parents comme ces deux olibrius! Ils ont dédié leur vie à l’art, à la performance (ils écrivent un scénario qui va se passer dans la vie normale, ce qui, en général, déclenche une catastrophe qu’ils filment, l’art étant dans la réaction du public, leurs expressions ou stupéfaction et plus si affinités!).

Ils ont bien évidemment intégré leurs enfants dans le processus, mais les gamins grandissent et s’en vont l’un après l’autre.

Commence alors une autre vie pour les enfants Fang, chaotique, car ils ne sont guère préparés à affronter la normalité et la banalité de la société, même s’ils essayent de s’y intégrer.

Ils finissent par retrouver le chemin de la maison, quand leurs parents disparaissent. pour la police, aucun doute, ils sont morts. mais Annie (enfant A) et Buster (enfant B) sont persuadés qu’il s’agit encore d’une de ces performances comme seuls leurs parents en ont l’inventivité! Ils passent du doute à l’espoir, enfin à la colère!

Roman étrange et envoûtant, La famille Fang nous met parfois mal à l’aise, mais nous fait également sourire. Alternant la recherche des enfants avec les performances passées des parents, c’est une satire grinçante du monde de l’art et des ces artistes qui y sacrifient tout, y compris leurs propres enfants!

Hélène Delapré

Patatra Guillaume Cochin Balland

cochin

Pour tout un chacun, Pa ta Tra évoque bien évidemment une chute, quelque chose autant soudain qu’inattendu auquel on ne peut rien, et c’est certainement la raison qui a poussé Guillaume Cochin à choisir ce titre.

Arthur, le héros du roman, va doucement tomber quand sa femme adorée, Delphine lui annonce qu’elle s’en va. Elle veut prendre du recul et part habiter chez une amie.

La chute est d’autant plus rude qu’il ne comprend absolument pas. Petit à petit, il s’installe dans cette nouvelle vie sans elle, mais y est-il encore lui-même?

Un jour, une lettre de Delphine lui parvient et il comprend sa fuite. Cet instant dans le roman est d’une étrange et magnifique beauté où Arthur, ce bobo parisien nombriliste abandonné ( et qui nous énerve quelque peu, disons-le tout net!) va changer son regard sur le monde, sur l’humanité.

Guillaume Cochin, en peu de mots, a ce talent de nous attendrir et nous laisse sur une note optimiste et vivante!

Hélène Delapré

Nécrologie Paul Cleave Sonatine

cleaveEntrer dans l’univers de Paul Cleave, c’est accepter que le Mal puisse se nicher partout, même chez votre voisin de palier.Ici, c’est Théodore Tate qui va nous guider dans cette ville de Christchurch (Nouvelle-Zélande). Ancien flic qui a démissionné suite  à un drame personnel, Théo va tirer les fils d’un écheveau dont la police locale aimerait qu’il ne se mêle pas. Mais on ne se refait pas et Tate persiste, fouille, creuse (beaucoup! on creuse beaucoup dans ce livre!). Et à chaque fois qu’il arrive à nous présenter un coupable idéal, que croyez-vous que fait le dit coupable, il meure, et Tate n’est jamais loin. En un mot comme en mille, ceux qui avaient déjà aimé « L’employé modèle » peuvent se précipiter sur celui-ci, c’est suspense garanti jusqu’au bout!

Melisande! Que sont les rêves? Hillel Halkin Quai Voltaire

hillel

Très beau premier roman que ce « Mélisande! Que sont les rêves? » de cet écrivain américano-israélien abolument inconnu!

Entre Melisande et Hoo, il y a Ricky. Mais quand Ricky perd la tête après avoir voulu expérimenter la sagesse indienne, leur histoire d’amour peut commencer. Mais comme dans toute histoire d’amour, l’ombre de Ricky ne peut totalement s’effacer. Hillel Halkin a cet art de ne jamais en dire trop, d’amener le lecteur à comprendre non ce qui fait l’amour entre deux êtres, mais ce qui le cimente jour après jour. De New-York jusqu’à la Grèce ultime, Hoo et Melisande vont jouer à ce jeu du chat et de la souris qui n’est autre que le grand jeu de l’amour et du pardon. Comme le dit Hoo à Mellie: Je dirai seulement que si j’avais mille vies à vivre, je voudrais toutes les passer avec toi.

Une magnifique découverte des Editions Quai Voltaire!

Dark Horse Craig Johnson Gallmeister

johnson

Un nouveau Craig Johnson qui vous arrive par la poste, c’est toujours un cadeau d’anniversaire soit avant la date, soit après la date, mais c’est toujours un sacré beau cadeau. Et celui-ci ne déroge pas à la règle! Dans ce nouvel opus, notre vieil ami Walt Longmire va enquêter sur un drôle de meurtre. Un ranch incendié, un homme calciné, une femme qui s’accuse du meurtre. Pour ce bon vieux Walt, tout ceci est bien trop simple, surtout dans cette ville d’Absalom, Wyoming! Walt étant quand même ce que l’on peut appeler un sacré fouille m… il ne va pas s’attirer que des amitiés longues et durables dans le comté. Quand on apprend que le mort était un de ceux dont le FBI a changé l’identité pour les protéger, on se dit que ce bon vieux Shérif va encore se retrouver embringué dans une foutue aventure. Et je ne vous en dirai pas plus, sauf que Craig Johnson est véritablement un magnifique écrivain, que c’est un artiste du dialogue et qu’il n’a pas son pareil dans l’écriture d’une course Dodge vs Wahoo Sue. Pour comprendre, allez directement chez votre libraire préféré!