Béton armé Philippe Rahmy La Table Ronde

rahmy

Philippe Rahmy a décidé de ne rien faire comme les autres. Plutôt que de se morfondre dans sa maladie, il accepte l’invitation de l’Association des écrivains de Shanghaï et part se coltiner la réalité de la vie chinoise. Affronter le colosse chinois avec sa maladie des os de verre, l’homme aux plus de cinquante fractures n’en a que faire, et c’est aussi pour ça que ce récit est magnifique. Il est le reflet de son auteur, à la fois ironique et tendre, cassant et souple. Il est surtout le voyage d’un homme qui cherche à découvrir, à apprendre, à naître une nouvelle fois, car il a cette certitude que c’est de la confrontation que peut naître l’envie, le désir, la vérité. Ici, il va se heurter non seulement à une autre culture, mais à une société qu’il ne peut admettre. Et dans cette toute fin bouleversante, quand il évoquera l’ami perdu, c’est à nous qu’il s’adresse, sachons reconnaître, sachons voir la vérité de la vie avant qu’elle ne nous soit happée, hachée, perdue.

Sur la couverture, il n’est pas écrit roman, récit. Combat, j’aurais bien écrit combat…

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :