Dans le silence du vent Louise Erdrich Albin Michel

erdrich

Il y a certaines lois qui ne sont pas des hommes, car elles n’ont que peu de choses à voir avec la chose écrite. Elles ne se résument pas en codes, en articles, elles sont les lois de la forêt, les lois des plaines, qui sait peut-être celles des animaux, celles qui régissaient la vie avant que le premier homme ne soit né. Et c’est dans ce silence du vent, le silence des voix indiennes tues, brisées, morcelées que Louise Erdrich nous invite à entrer dans ce roman gigogne, exutoire de sa propre souffrance.

Car il y a eu crime, il y aura vengeance, et vous me direz que ce n’est pas ainsi que l’on mesure l’intelligence d’un peuple. Mais cette vengeance n’a rien à voir avec le talion. Elle est bien plus difficile à cerner, elle vient d’un cœur ravagé, d’une vie massacrée. Et cette histoire, longue et bouleversante, d’un gamin de treize ans qui a peine à reconnaître sa mère, nous ramène à nos propres peurs, nos serrures fermées à clé, nos voix qui se taisent, nos yeux qui oublient de voir.

« Nous sommes passés dans un grand flot de chagrin qui persisterait dans notre brève éternité ».

Louise Erdrich

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :