Petites morts Charlotte Roche Flammarion

couv roche

Vouloir résumer le roman de Charlotte Roche aux prouesses sexuelles de son héroïne serait bien trop simple. Car si c’est de cet abandon qu’elle nourrit sa capacité à vivre, il y a chez Elizabeth Kiehl, son héroïne, cette volonté de réussir sa vie.

Elizabeth et Georg forment un couple recomposé tout ce qu’il y a de plus banal, deux enfants d’une première union, des relations complexes avec les ex, sauf cette propension d’Elizabeth de vouloir se rassurer par le sexe. Tout ce qui la rattache à sa propre vie la ramène à la veille de son premier mariage, quand sa mère et ses trois frères furent victimes d’un accident de la circulation qui vit la disparition de la fratrie. Obnubilée par le drame, elle tente de remettre en ordre toutes les pièces du puzzle épars, explosé comme la voiture calcinée, se livrant alors à une introspection redoutable, fouillant jusqu’à la plus intime part de son être pour comprendre, analyser et reprendre le cours de sa vie, malgré la douleur et la perte. Bien évidemment, au travers de son personnage, son double de littérature, Charlotte Roche se délivre de ses propres inhibitions et nous raconte ses peurs, ses doutes. Comment peut-on être une femme épanouie en ce XXIème siècle sans céder aux diktats des médias, sans se conformer à l’image que l’on renvoie, au trouble que l’on peut faire naître chez l’autre, son mari, ses amis ? Si on peut évoquer l’autofiction française, de  Christine Angot en passant par Virginie Despentes, ici Charlotte Roche rompt avec une tradition allemande qui veut qu’on ne parle pas de ces choses en public et c’est ce qui lui a valu une certaine polémique dans son pays.

Alors témoignage glauque ou roman cherchant le sensationnel, il est évident que c’est typiquement le genre d’ouvrage où on peut s’écharper en le jugeant inutile, racoleur, sans intérêt, mais il est une chose certaine, quand vous le refermez après l’avoir terminé, il en reste une atmosphère étrange, un peu évanescente, sur la puissance de la vie contre la mort.

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :