De père en FIV William Roy La boîte à bulles

roy  Pas évident à raconter le parcours d’un couple en quête d’enfants. Eh bien, William Roy le réussit magnifiquement avec cette BD tendre, drôle et souvent émouvante. On suit les tribulations d’un couple qui s’engage dans la longue et pénible démarche de la F.I.V avec tout ce que cela peut comporter de faux espoirs et de grandes déroutes. De plus, quand le père biologique de notre héros revient s’immiscer dans sa vie, c’est toute son enfance qui lui revient comme un boomerang.

Mythe du passage et de la transmission, c’est un joli pied de nez à la bêtise et une belle manière de montrer que c’est la vie qui gagne en fin de compte ou de conte, c’est selon!

Publicités

Il est de retour Timur Vermes Belfond

timur   Mais qui est donc de retour? Adolf Hitler, lui-même, se réveille un beau matin au milieu d’un terrain vague, mais en 2011! Cet Adolf de 1945, tout le monde le reconnaît, mais en le prenant pour un humoriste de la télévision. D’ailleurs, cette dernière ne tarde pas à s’emparer du bonhomme, voyant tout le bénéfice à tirer d’un personnage qui incarne tellement bien son rôle. Et Adolf apprend vite, s’étonne, puis s’adapte au quotidien du XXIème siècle: internet, téléphone portable n’ont bientôt plus de secrets, et surtout ces outils lui permettent de penser à accomplir encore et toujours son « Combat », resté intact dans son esprit. On s’amuse un peu et parfois on rit jaune ne sachant sur quel pied danser avec ce personnage tout de même bien encombrant. Satire de notre société, Timur Vermes nous livre une fable réaliste pour que nous restions éveillés, car l’extrémisme peut parfois prendre des formes inattendues…

Hélène

Homesman Glendon Swarthout Gallmeister

homesman Au milieu du XIX ème siècle, en plein cœur des grandes plaines, les conditions de vie sont extrêmement difficiles. Les hivers rudes ont laissé des traces dans les familles isolées, la nourriture manque et le froid est insupportable. Pourtant c’est dans cet endroit qu’ont décidé de s’établir quelques familles de colons en quête d’un monde meilleur. Le prix à payer sera cher, beaucoup de femmes, épouses, mères y perdront la raison .
Mary Bee Cudy est de ces femmes fortes et volontaires. Les conditions difficiles ont fait d’elle une âme charitable prête à tout pour aider ses semblables. Sa décision est prise elle ramènera seule sur la côte Est quatre de ces démentes, dont les familles ne peuvent plus assumer la prise en charge. Son chemin croisera celui d’un marginal, Briggs, un hors la loi en quête d’une rédemption.
Glendon Swarthout met tout en œuvre pour faire de ce roman un véritable récit d’aventure digne des plus grands westerns, et brosse le portrait d’une femme libre et exceptionnelle.

Maëla

 

Le collier rouge Jean-Christophe Rufin Gallimard

rufin  En cet été 1919, dans une petite commune du Berry un jeune homme est emprisonné. La première guerre mondiale vient de se terminer , la chaleur est pesante et l’atmosphère est lourde. On ne sait rien de ce jeune homme et de cet étrange chien qui monte la garde jour et nuit devant sa cellule en hurlant à la mort. Que s’est-il passé pour que ce héros de guerre se retrouve à deux doigts d’être jugé en court martiale? Et que signifie ce collier rouge attaché au cou de ce chien ?
Un juge dont les horreurs de la guerre ont fait vaciller les principes vient rencontrer ce jeune homme afin de comprendre quel méfait il a pu commettre pour se retrouver dans cette situation qui semble inextricable.
Jean- Christophe Rufin signe ici un roman court construit comme un véritable roman policier, tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce roman une œuvre captivante qui tient le lecteur en haleine jusqu’à la dernière ligne. Dans la lignée de « au revoir là haut » de Pierre Lemaitre ce petit roman de 153 pages est tiré d’un fait réel qui souligne les absurdités existant à la fin de ce drame mondial.
Un roman bouleversant qui se lit d’un seul souffle, on en redemande…

Maëla

Ederlezi Velibor Colic Gallimard

colic  Ederlezi se lit comme on écoute une belle chanson tzigane parfois mélancolique souvent envoutante et euphorisante.
L’histoire se déroule tout au long du XXe siècle et retrace la vie d’un groupe de musique tzigane à travers les faits historiques importants de ce siècle.
On rit souvent, on pleure parfois mais on voyage énormément surtout. Velibor Colic réussit la prouesse de plonger le lecteur dans un univers magique et drôle à la fois. On y rencontre une quantité de personnages tous plus atypiques les uns que les autres : buveurs invétérés, voyageurs curieux et originaux mais surtout musiciens hors pair. Ce groupe de musique semble se réincarner tout au long de l’histoire sous la coupe de Azlan le meneur d’orchestre, qui apparait ici comme une figure immortelle et légendaire de la musique tzigane.
C’est un roman dense et prenant, difficile à résumer en quelques lignes, les péripéties sont nombreuses et souvent rocambolesques et ne cèdent jamais place à l’ennui …. On s’amuse, on voyage, on découvre l’histoire de l’Europe à travers les yeux de ces personnages attachants
Une histoire merveilleuse qui fait découvrir au lecteur le charme de ce peuple incroyable.
Maëla

 

 

 

Prix France Bleu !

prix france bleu   Les quatre livres retenus pour le France Bleu des libraires sont:

Rester en Rade d’ Hervé Bellec aux Editions Dialogues

Fars Bretons et Kig-ha-Farz de Patrick Hervé chez Skol Vreizh

Sant Fieg Tome 1 et 2 de Stéphane Heurteau chez Coop Breizh

La Bretagne des écrivains aux editions Alexandrines.

Vous pouvez venir voter à la Librairie durant tout l’été, des bulletins de participation vous seront remis.

Rester en rade Hervé Bellec Editions Dialogues

hervé Rester en rade fait partie de ces expressions qui, si elles ont un sens pour tout un chacun, en a un autre pour qui, comme Hervé Bellec, est amoureux de la rade de Brest. C’est à un tour intime qu’il nous convie dans ce petit texte magnifiquement illustré par Philippe Kerarvran, une visite privée par un guide qui en a arpenté tous les chemins, tous les « ribinous », ces petits chemins pas vraiment cartographiés qui vous entraînent du côté de Logonna- Daoulas à surplomber sa rade, sa pointe du Château, début d’une promenade légendaire tantôt, historique parfois, rêvée souvent.
C’est ici qu’il veut rester, se poser, attendre, écouter. C’est un lieu magnétique entre eau douce et eau salée, convergence et point d’ancrage entre la terre et la mer, diplomatie des marées qui déposent sur les côtes de l’Aulne le sel de l’océan. La rade, c’est un creux, une coque de bateau, un lieu où se cacher, se sauver pendant la tempête, c’est le calme avant les creux du goulet, les petits ports où trois coquilles de noix s’échouent deux fois par jour.
Hervé Bellec a travaillé sa prose, ciselé chaque mot comme une œuvre d’art, pour nous raconter sa rade, à nulle autre pareille depuis qu’il l’a écrite.

En lice pour le Prix France Bleu des libraires 2014! Qu’on se le dise, venez voter à la librairie, demain, je vous propose un autre livre!