La couleur du lait Nell Leyshon Editions Phébus

couleur lait  Dans cette campagne anglaise du Dorset, Mary vit avec ses trois sœurs et ses parents. Elle a quinze ans, ne sait ni lire, ni écrire, n’a aucun avenir sinon celui de sortir les poules, de ramener les œufs, de traire les vaches. Avec sa jambe folle, à quoi peut-elle prétendre d’ailleurs sinon à être une presque bouche inutile. Aussi, quand la pasteur Graham cherche une bonne pour s’occuper de sa femme souffrante, le père de Mary voit là une bonne manière de se débarrasser de la petite et d’en recueillir des subsides. Mary va quitter la ferme pour la première fois de sa vie, elle ira un kilomètre plus loin.

Alors, une autre vie commence. Mary n’a pas les codes, elle ne connaît rien, alors elle va apprendre avec Edna. Au fur et à mesure, elle va découvrir que la douleur peut parfois naître là où on ne l’attend pas. Les saisons passent, Mary va apprendre à lire, à écrire et c’est ce livre écrit quand tout s’est passé qu’elle nous donne à lire. Le dénouement sera tragique, car il ne pouvait en être autrement, mais qu’il est difficile d’oublier la jeune Mary une fois refermé ce roman sensible, écrit avec la violence sourde d’une enfance meurtrie.

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :