Aucun homme ni dieu William Giraldi Autrement

giraldi Ami lecteur qui entre dans ce livre, commence à ne plus penser avec la loi ou la morale des hommes, car ici, elle n’a que faire. Au nord du 48ème parallèle, dans la toundra de l’Alaska, quand le froid t’oblige à respirer par le nez pour ne pas brûler tes poumons, quand les loups rôdent autour du village de Keelut, quand des enfants sont enlevés par la horde, que reste-il? C’est ce que se demande Russel Core quand il arrive ici. Medora Slone a vu son enfant disparaître, et elle veut qu’il lui ramène les ossements de son fils. Russel va partir, il verra la horde, mais c’est en revenant à la cabane de Medora qu’il en connaîtra bien plus.

Alors oui, aucun homme ni dieu ne font les règles à Keelut, peut-être les loups ou l’hiver, peut-être la faim. Elles sont immuables dans le cœur et dans le corps uniquement de ceux qui survivent ici. Entre chamanisme et  grand ordre de la nature, William Giraldi nous entraîne dans un roman étrange et dérangeant, où la quête d’un homme meurtri nous amène à penser différemment, où le doute s’installe sur ce qu’il faut croire ou ne pas croire, où le lecteur est pris à témoin que la frontière entre le bien et le mal a de multiples curseurs.

Aucun homme ni dieu fait partie de ces romans inclassables, qui, une fois refermés, vous tournent autour encore longtemps.

 

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :