LoveStar Andri Snaer Magnason Editions Zulma

LaSolutionEsquimauAW  Il va quand même falloir qu’on m’explique un jour ce qui fait que l’Islandais a une tendance plutôt fâcheuse à nous entraîner dans des aventures, qui, à priori, ne devrait absolument rester confiné que dans les brumes des geysers de leurs sources chaudes. Evidemment leurs sagas sont légendaires, mais, au siècle dernier, ils se les racontaient dans la chaleur festive de leurs nuits sans fin, chuchotées de pères en fils, de dottir en sons comme on dit chez eux. Oui mais ! Depuis, l’homme s’est connecté, d’abord avec fil, puis sans fil, et c’est bien là que commence l’histoire fabuleuse et aventureuse, biblique aussi, mais aussi contes de Perrault, mais aussi Shakespearienne, qu’Andri Snaer Magnason vient nous raconter. Laquelle, laquelle, dites-moi tout !
Tout est affaire d’ondes dirons-nous en préambule. En 2015, nous en sommes entourés, cernés, abreuvés, alors imaginons dans vingt ans, un monde où tout se fait par le mental, par des lentilles connectées à un serveur central qui sait tout de nous, c’est le monde qu’a créé LoveStar, une sorte de Steve Jobs + Bill Gates + Mark Zuckerberg, qui a rendu la planète dépendante de tous ses logiciels. Vous vous demandez si vous avez pris la bonne décision, demandez ReGret, il vous affirmera que toute autre décision que celle que vous avez prise vous aurait conduit à la mort. Comment expliquer aux enfants que Papy qui vient de mourir va monter au ciel alors que vous l’enterrez, confiez-le à Lovemort qui vous expédie dans la stratosphère et vous transforme en étoile filante, une activité très rentable. Et l’amour me direz-vous l’amour ? InLove s’en charge et vous calcule votre seul et unique.
Le bonheur, non, comment dire autrement ? Mais pour Indridi et Sigridur, nos Roméo et Juliette du roman, cela ne s’entend pas ainsi que le voudrait LoveStar ! Aussi, acceptez de prendre leurs pas et plongez dans ce bouquin aussi fou qu’un film de Terry Gilliam. Tout est foutraque et pourtant tout est vrai, car ici vous apprendrez réellement comment tomber dans la gueule du loup, vous serez convaincu d’être victime de la liberté, vous comprendrez ce qu’est l’Apocalypse et aussi qu’Adam et Eve s’appelaient peut-être finalement Indridi et Sigridur !
Une chose est certaine, la longueur des nuits islandaises permet à l’écrivain d’entretenir une imagination non seulement débordante, mais qui, sous couvert d’une fable, d’un conte ou d’une prophétie, nous interroge sur notre rapport au réel. Et ce que nous retenons, en fin de compte, c’est cette faculté qu’a le poète qu’est Magnason de ressentir les vibrations de notre planète. Ėblouissant tout simplement !

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :