Fin de mission Phil Klay Gallmeister

klay  Alors oui, tout est rentré dans l’ordre, l’ordre juste. Le Sergent-chef a rendu compte au lieutenant qui a fait son rapport au capitaine qui en a rendu compte au colonel, mais le bruit, la chaleur, la sensation que derrière vous, que devant vous un gamin est un ennemi, que pas un mètre carré de ce qui vous entoure ne va vous péter à la gueule, quand vous êtes venu pour sauver la patrie et que tout ce qui vous importe, c’est de sauver votre misérable peau. C’est ainsi que Phil Klay tente de nous retranscrire son expérience de l’Irak, très loin des images des journaux télévisés, non, celle des Marines qui pissaient dans leurs frocs, très très loin des articles glorieux de cette Amérique triomphante. Ici, il est juste question d’humains qui luttent contre leurs démons, de mecs qui ne savent plus quoi raconter aux filles pour faire croire qu’ils sont des héros, des héros de pacotille. Ils font bien semblant, se tirent des balles dans la bouche quand ils n’en peuvent plus, ils sont ces héros qui ne servent à rien, sinon à finir au cimetière d’Arlington, le drapeau sur le cercueil en cuivre, les honneurs militaires, les citations, la mort comme un totem qui se passe de compagnie en compagnie. J’avais  » Les nus et les morts » comme emblème de la connerie de la guerre, je rajoute « Fin de mission » à cette idée qu’il faudrait faire lire ces livres, impérativement, à tous ces guerriers qui ne seront jamais en première ligne…

Tsunami Pendanx et Piatzsek Futuropolis

tsunami  Quand Romain arrive en Indonésie à la recherche de sa sœur, disparue dix ans plus tôt, il ne sait pas vraiment ce qu’il vient chercher. Est-ce réellement pour la retrouver ou pour découvrir qui il est? Il marchera dans les pas de celle qui était venue soigner les blessés du Tsunami de 2004 et quand elle disparaît, elle laissera derrière elle des petits cailloux. Avait-elle deviné qu’un jour, son petit frère aurait l’envie de marcher dans ses traces. Avec l’aide de Jessie, papoue rebelle à toute autorité, il remontera le fil de l’histoire, abandonnera quelques certitudes, ira jusqu’à cette dernière plage où se trouve une ou plusieurs réponses.

Undertaker Ralph Meyer Xavier Dorison Dargaud

undertaker Quand j’ai vu cette couverture, je n’ai pu m’empêcher de penser que cette BD était faite pour moi. Il y avait un parfum étrange, ça sentait la poudre, la sueur, ça sentait aussi la viande avariée et la pourriture qui va avec, ça sentait les coups de poing, le saloon aux portes grinçantes, les fourbes et les bons, les méchants et les cons. L’undertaker, c’est le croque-mort, celui qui vous répare une tronche pour qu’il soit présentable devant la famille, celui qui peut aussi jouer du colt si on l’énerve un peu. Bref, ici, tout ce qui fait un bon western est réuni, il y a même la fille trop belle avec les boutons de la robe fermés jusqu’au cou, aussi que vous dire de plus sinon que le dessin de Ralph Meyer emporte tout sur son passage servi par un scénario malin de Dorison. Alors pourquoi se priver?

Un loup est un loup Folco, Makyo, Nardo Glénat

501 UN LOUP EST UN LOUP T01[BD].indd L’adaptation d’un livre en film ou en bande dessinée est toujours une sorte de funambulisme hasardeux. Et quand il s’agit d’un de ces livres magiques que vous n’arrivez toujours pas à oublier plus de vingt ans après l’avoir lu, vous considérez celui qui l’entreprend, soit comme un fou, soit comme un saint. Et pourtant, quel bonheur que d’avoir lu « un loup est un loup » adapté par Pierre Makyo du roman de Michel Folco. Tout y est, même si tout n’y est pas dit, et c’est bien cela le talent du scénariste, arriver à tout nous dire par l’ellipse ou encore mieux ici, par le splendide dessin de Federico Nardo. Le découpage des planches donne une saveur nouvelle à la narration, les personnages sont campés admirablement et « les cinq épateurs de Racleterre » sont aussi étranges qu’attachants. Une magnifique réussite, on attend juste le tome 2 avec une impatience non feinte.

La vérité et autres mensonges Sascha Arango Albin Michel

sascha Henry Hayden, le personnage central du roman, est un écrivain à succès dont la fortune n’est plus à faire. Mais un écrivain un peu spécial tout de même, il n’écrit pas une ligne, c’est Martha sa femme qui s’en charge. Lui ne s’occupe que des relations publiques et de séduire toutes les femmes qui s’approchent un peu trop près. Aussi, quand sa maîtresse Betty lui apprend qu’elle est enceinte, il ne voit pas d’autre solution que de la supprimer! Son plan fonctionne à merveille, exit Betty croît-il, sauf que la victime n’est pas celle qu’il souhaitait. Je n’en dirai pas plus de l’intrigue dans laquelle nous entraîne Sascha Arango! La personnalité d’Henry va se dévoiler peu à peu et nous surprendre très souvent. La grande maîtrise de la narration nous empêche de lâcher ce thriller psychologique envoûtant. Et on se pose cette question en reposant le livre, connaissons-nous vraiment les personnes avec qui on vit?

Hélène

Avant on était deux… Astrid M Marabulles

astridAstrid M fait partie de ces blogueuses qui exposent leurs vies sur le net au moyen de petites saynètes drolatiques. Avant on était deux, c’était avant que les enfants ne viennent pourrir la vie de leurs parents, quand on avait le temps de… le temps de plein de choses ! Avec un sens aigu de la perception des petits tracas, c’est aussi un joli message d’amour à ses deux bambins !

Ceux qui me restent Damien Marie et Laurent Bonneau Editions Grand Angle

bonneauC’est une bande dessinée étonnante, tant par le scénario de Damien Marie que par les dessins et couleurs de Laurent Bonneau. A 70 ans, la maladie d’Alzheimer frappe Florent. Il sent sa vie lui échapper, jour après jour, inexorablement. De sa jeunesse, de la perte de sa femme, de sa fille Lilie, nous remonterons le fil de ses souvenirs où chaque page est comme un testament, une marque indélébile. Un dessin somptueux pour une histoire magnétique.

Mauvais genre Chloé Cruchaudet Delcourt

chloéInspiré de faits réels, l’histoire de Paul et Louise bascule au début de la Première Guerre Mondiale. Paul croit bien devenir fou dans les tranchées et se mutile un doigt. Après six mois à soigner son infection, on le destine à retourner en première ligne. Il déserte, retrouve Louise qui va le cacher, Louise qui va lui donner l’idée de se travestir. Et c’est en Suzanne qu’il traversera les années de guerre et bien plus encore. Mais la folie n’est jamais loin et c’est dans le fracas que leur vie de couple va tourner à la tragédie. Le magnifique dessin de Chloé Cruchaudet renforce cette histoire absolue, baroque, folle, mais qui ne peut laisser insensible.

L’arabe du futur Riad Sattouf Allary Editions

sattoufQu’est-ce qui n’a pas été dit sur cet album génial de Riad Sattouf, ce dessinateur mi-breton, mi-syrien qui a passé son enfance dans la Lybie de Khadafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad ? Evidemment, ce qui est formidable, c’est d’avoir retrouvé le ton de l’enfance pour restituer ce que peut-être la vie dans ces deux pays durant les années 80. Tour à tour drôle, émouvant, inquiétant, avec une fausse naïveté, cet album qui vient de recevoir le Fauve du Public au Festival d’Angoulême est déjà en passe de devenir un classique !

Nous ne sommes pas nous-mêmes Matthew Thomas Belfond

thomas Ce premier roman de Matthew Thomas retrace, sur une soixantaine d’années, la vie d’Eileen Leary, femme ambitieuse, bouleversante et inoubliable, dans une Amérique d’après-guerre en pleine mutation. Née de parents irlandais, Eileen est fille unique. Son père, routier, barman à l’occasion, est très estimé dans son quartier du Queen’s. Sa mère, femme de ménage, mélancolique et dépressive se réfugie dans le whisky. Très jeune, Eileen se retrouve confrontée à des situations difficiles, mais elle a son rêve: ne jamais renoncer et viser toujours plus haut pour avoir, un jour, une belle maison dans les beaux quartiers et quitter cette vie misérable du Queens. Elle étudie, devient infirmière, rencontre Ed, enseignant et brillant chercheur. Quand elle l’épouse, elle a de l’ambition pour deux. Mais Ed ne la suit pas, il refuse des postes prestigieux. Malgré la naissance de Connell, leur fils, Ed se renferme sur lui-même et ne s’intéresse plus aux projets d’Eileen. Aigrie, agressive, acceptant également mal le métissage de son quartier, elle songe même à divorcer. mais tout va basculer quand la maladie d’Alzheimer frappe Ed à 50 ans. Eileen voit tous ses rêves s’évanouir. C’est à un autre combat qu’elle va s’atteler et elle trouvera la force pour le soutenir dans cette épreuve, faire face au manque d’argent et à la déchéance inéluctable de son mari, aussi enfin, pour aider Connell qui n’accepte pas la maladie de son père. Magnifique premier roman avec ce personnage inoubliable d’ Eileen!

Monique