Nid de vipères Edyr Augusto Asphalte éditions

edyr Je vous ai déjà parlé des précédents romans d’Edyr Augusto, cette nouvelle voix qui nous vient du Brésil et nous raconte du noir de chez noir, celui qui strie les corps, qui arrache les dents, qui montre la corruption comme un point noir sur le nez de la plus belle des filles du monde… Ici, la plus belle des filles s’appelle Isabela Pastri. Elle a décidé d’aller dans la pire des vengeances, celle qui s’inscrit dans le corps, celle qu’il faut aller chercher avec cette évidence qu’au bout du chemin, il n’y aura pas vraiment de porte ouverte, car ici, tout se paye, tout se monnaye, tout n’est que violence et blanchiment. Dans un texte où tout est haché, avec cette écriture qui ressemble aux pages de journaux bon marché, Edyr Augusto nous emmène loin, très loin, dans cet abyme où Isabela a choisi de se perdre. Il y a cette urgence à dire et à écrire pour Augusto ce Brésil qu’il aime, mais dont il ne sait finalement que faire. C’est un texte qui se lit le souffle coupé, les yeux comme des balles qui inventent le corps d’Isabela, une langue qui reste sèche quand le dernier avion s’envole, avec le silence des morts.

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :