La brigade du rire Gérard Mordillat Albin Michel

mordillatOn connaît Mordillat et son amour du capitalisme échevelé. Dans ce nouveau roman, sept anciens copains se retrouvent au bout de trente ans. Mais il en manque un. Bob est mort.
Bob s’est suicidé. Le responsable de sa mort, c’est Pierre Ramut, un éditorialiste qui déteste les ouvriers français et ne jure que par la Chine. Nos compères décident de l’enlever et de le faire bosser comme un Chinois, dans la cave d’un Bunker, à faire des trous dans une pièce de duralumin. Au début, Ramut renâcle, mais finalement il augmente la cadence et bat des records de productivité.
Mais l’enlèvement va avoir des conséquences sur leurs propres vies qui vacillent. Pendant que Ramut perce ses pièces, eux perdent des illusions. Les rapports de force s’inversent. Du noir et blanc, postulat de départ, on passe par des zones de gris. C’est drôle et tendre, les dialogues sont percutants, les personnages sont attachants, surtout quand les carapaces s’effritent et que les situations s’enchaînent. Dans cette satire de notre société aveuglée par l’argent, c’est l’intérêt de la caricature d’appuyer le trait là où ça fait mal. Bref, un roman qui ravira les fans de Mordillat, car ils y retrouveront le goût de « Vive la Sociale », mais dans une veine ironique et en taille douce à la fois. Et surtout ne lisez l’épilogue qu’à la fin, il est tellement savoureux…

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :