Demain c’est dimanche!

macronMon cher Père Emmanuel,
Comment vous dire, alors que les petits enfants sont dans une impatience non feinte d’un Père Noël attentionné, 24 heures sur 24, prêt à tous les sacrifices pour donner du cadeau à moudre, du perlin pinpin partout, du rêve par milliers et de petits souliers youp là boum, moi, ben demain, je vais fermer boutique. Oh, oui, je sais que cela n’est pas bien, que dans le grand consumérisme mondial, je vais faire figure de canard noir, de mauvais joueur, d’empêcheur de tourner en rond la mondialisation, mais tu sais quoi, je m’en branle effrontément ! Demain, à 8 heures du matin, mon fils Bastien débarque de Londres pour goûter à mes choux, salés, sucrés du dimanche avant Noël, une putain de vieille tradition qui dure depuis plus longtemps que vous n’étiez pubère, donc… Ce soir, j’ai mitonné la confiture d’oignons rouges de Roscoff qui va aller comme la culotte du petit Jésus sur la mousse de foie de volailles que je vais faire demain dimanche où, je sais, je vais manquer ma Macronnitte aigüe! Voui, mais bon, il faut choisir, le pognon ou la vie de famille, le bonheur de retrouver mon fils que je n’ai pas vu depuis six mois, prendre le temps de goûter un bon vin pour le réveillon, prendre le temps de se parler, de rire, de s’étreindre sans avoir un client. C’est dimanche, s’il fait beau on ira en bord de mer et on prendra de l’air à pleins poumons. On se tiendra tous par la main. On aura tout le temps dès lundi matin de tourner des beaux paquets cadeaux de beaux livres qu’on a tous ici envie de partager, pour les petits et pour les grands, mais lundi, pas dimanche. Dimanche, c’est pour les grands enfants comme moi qui n’ont pas fini de grandir et qui ne confondent pas bonheur de vivre et bénéfices !

La Présidente François Durpaire Farid Boudjellal Les Arènes BD

marineNe jamais se laisser distancer par l’actualité, et celle-ci est brûlante! Aussi, au lendemain d’une journée noire pour la démocratie, j’ai plongé, toute tête en avant, dans cette BD apocalyptique qui nous donne une idée, bien plus que vraisemblable de ce qui nous attend en 2017. Oui, je sais, c’est demain, et les 22 millions d’abstentionnistes d’hier n’ont qu’à se la procurer pour se rendre compte, in situ et in vivo, du bonheur de Marine au pouvoir. Argumentée, ne s’en tenant qu’aux écrits du projet pour la France du Rassemblement Bleu Marine, c’est une vertigineuse descente aux enfers que nous décrivent les auteurs. Et le sticker disant que « vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas » prend une couleur encore plus sanglante depuis le scrutin d’hier.

Je fais parti de ces désespérés heureux qui ont encore foi en l’homme, je pense que la raison peut encore l’emporter sur la connerie, je suis de ceux qui n’ont jamais oublié le 21 avril 2002, je suis de ceux qui ont lu plus d’une fois Matin Brun. J’ai envie de croire à un sursaut, que je n’ai pas envie de dire républicain, tellement le mot est galvaudé par une marionnette aux manies épaulières.

C’est quand même marrant, les Arènes ont publié le plus gros torchon de l’année 2014 (cherchez si vous ne vous en souvenez pas!) et l’ouvrage le plus indispensable aujourd’hui! Comme quoi, ne jamais désespérer, rester debout!

La vitrine de Noël est avancée!

Encore une fois, avec les complicités de l’Atelier de Guillaume, les peluches de nos voisins de « la maison de Mila » et les pelotes de Phildar, on vous a imaginé une nouvelle vitrine qui bouge! Venez nous voir!