La renverse Olivier Adam Flammarion

adamPour qui vit en bord de mer, la renverse est ce moment de calme entre les marées hautes et basses. Moment incertain où si on n’y prend garde, on ne sait ce qui va se passer. Dans ce roman, Antoine hésite, c’est sa renverse.
C’est la mort d’un homme, Jean-François Laborde, maire de la commune de son enfance, politique passé par un ministère, qui va le replonger dans ce passé qu’il a cherché à fuir depuis des années. En s’exilant, en renonçant à ses parents, à son frère Camille, à son père falot, admirateur éperdu de sa femme, à sa mère maîtresse du maire, principale collaboratrice de celui-ci jusqu’à ce qu’un scandale sexuel vienne éclabousser tout ce petit monde, Antoine n’aura de cesse de tenter de comprendre comment tout ce en quoi il a pu croire n’était que paravents, bassesses, renoncements. Après avoir fui avec Laetitia, la fille de Laborde, vers ce coin perdu de Bretagne où ils tenteront, vainement, d’inventer un futur bancal, de s’aimer maladroitement, Antoine va revenir sur ses pas, remettre les pieds dans sa ville de M., reprendre les routes, s’arrêter devant cette maison de son enfance qui l’aura broyé, lui tout autant que Camille. L’humiliation n’entraîne que rarement le pardon, et c’est dans ce chemin qui va le mener jusqu’à l’enterrement de Laborde qu’il viendra puiser, dans les regards, les attitudes, les postures, une seule raison d’espérer, afin de sortir de la spirale infernale qui l’emmène vers le néant. En décortiquant ce qui fait le faible et le fort, en démontant le système qui broie ceux qui n’ont pas la capacité de le combattre, Olivier Adam nous renvoie à nos propres compromissions, à nos misérables faiblesses qui font taire nos révoltes. Finalement, c’est auprès de Camille, parti à Montréal, qu’il mettra un point à cette recherche du bonheur qui ne cessait de le fuir comme les grains de sable dans la main. Comme à chaque roman, Olivier Adam nous ramène à notre propre humanité, en nous laissant le choix aussi de choisir notre destin.

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :