POLICE HUGO BORIS GRASSET

policeIls sont trois, trois flics de base. Virginie, Erik et Aristide. Leur boulot du jour, raccompagner un étranger à Roissy, le faire monter dans un avion, puis faire comme si de rien n’était. Ne pas se demander ce qui va lui arriver une fois rentré dans son pays. Fermer les yeux ou ouvrir l’enveloppe qui contient les données du problème. Pour Virginie, l’enveloppe est mal fermée, elle jette un œil, elle comprend qu’une fois rentré, il a de fortes chances de mourir. Dans le trajet entre le centre de rétention et l’aéroport, c’est un drôle de drame qui se joue. Confrontés à leurs propres peurs, ballotés dans leurs vies professionnelles ou sentimentales compliquées, ces quatre tentent de comprendre ce qui se joue, ce qui fait basculer une vie, ce qui fait rompre une amarre, ce qui fait qu’on finit par rester humain plutôt qu’être une machine à broyer. Dans le huis-clos de cette voiture de police, on les suit pas à pas dans toutes les fragilités des hommes ou Hugo Boris excelle, par son écriture discrète, presque délicate, à nous faire ressentir toute la palette de leurs contradictions, de leurs interrogations et finalement de leur humanité.

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :