Dans la forêt Jean Hegland Editions Gallmeister

1425-cover-forest-583eb8ae1f86bAu delà, le monde bruisse, s’éteint et peut-être est-il en train de mourir. Nell et Eva n’en ont plus aucune idée. C’est la forêt qui les retient, cette maison construite par le père, cette maison où est morte leur mère. Nell écrit sur ses carnets quand Eva danse sur son parquet. Au creux de la forêt, dans le silence de la maison, elles ont vu le monde se taire, s’enfuir. L’électricité cligne de l’œil. Chut, au dehors, quand l’hiver vient cogner aux fenêtres, les filles écoutent les vents qui bousculent les arbres, elles gardent le feu, elles se tiennent l’une contre l’autre, elles inventent des repas, elle sortent cueillir, elles réinventent un potager, l’une écrit quand l’autre danse. C’est ainsi que va la vie et aussi la mort qui rôde, qui s’invite, qui frappe aux portes. L’ours, le sanglier, l’homme, la peur est multiple et ne dit jamais son nom. Elles sont deux, elles se chauffent l’une contre l’autre, quand l’une relit l’encyclopédie, l’autre danse encore plus haut, jusqu’à atteindre les étoiles. Vous dire alors que le monde qu’elles gardent au chaud n’a d’autre but que leur survie, oui, évidemment, ne plus franchir la lisière, car c’est là-bas que le monde est mort. Il y aura aussi un ventre qui grossit, des seins pour le lait, une maison qui brûle, l’ascension jusqu’à la souche, l’essence purificatrice.

Ce n’est pas qu’un roman que Jean Hegland nous donne à lire, c’est une expérience de vie, l’idée simple que notre vie nous appartient, que rien ni personne ne peut venir nous la prendre. Nous avons le choix, encore faut-il avoir l’envie de mettre le feu à nos certitudes pour embrasser nos évidences. Nell et Eva ont cette beauté de grimper jusqu’à la souche, cet endroit où tout a commencé et où tout doit finir.

Publicités

Marx et la poupée Maryam Madjidi Editions le Nouvel Attila

lna_madjidi_couv_epreuves_rvbC’est un roman qui commence dans le ventre d’une mère, dans la main d’un homme qui grave un prénom sur une pierre, c’est un livre qui commence comme une promesse de lendemains meilleurs.

Il y aura trois naissances, car on ne sort vivant de la première que par mégarde. Comme autant de respirations, Maryam Madjidi nous raconte en courts chapitres les vies volées par la révolution iranienne de Khomeiny. La fuite, l’apprentissage d’une autre langue, d’un autre pays, d’autres coutumes, mais la perte aussi des brisures de l’enfance, quand elle désire du lavash, ce pain iranien qu’elle adore alors que son père lui propose des croissants. Il lui faudra grandir dans ses nouveaux habits d’européenne, jamais d’ici, mais plus de là-bas.

De l’enfance jusqu’à son retour au pays, de la petite fille qui ne parlait pas à la femme qui se donne à son amant, c’est autant de petites pépites de souvenirs qui s’amoncellent pour former un grand roman sur l’écartèlement entre ces deux pays qui l’ont vu naître et renaître tour à tour. Mais le plus émouvant, c’est cette voix singulière qui nous entraîne, nous fait rire et pleurer, nous embarque loin, si loin qu’on finit par mélanger les couleurs des épices pour masquer l’odeur de chaussette pourrie du camembert.

en librairie le 12 janvier 2017, 18€

Chat sauvage en chute libre Mudrooroo Editions Asphalte

chatIl sort de prison. Il est enfin libre, enfin il le croit, ou pas. Pour être libre, encore faut-il savoir où aller, faut-il savoir qui on est. Lui n’est rien pour personne, sinon pour sa bande de petits voyous. Il est métis aborigène dans une société de blancs, donc il n’est rien. Pas assez noir, pas assez blanc. S’il détient les codes des blancs, c’est pour en jouer avec les filles, dans ces bars enfumés où on joue du jazz. De page en page, on le suit qui dégringole, qui cherche de l’amour là il n’y a que du sexe, qui se heurte à sa mère, qui fuit encore. Entre la ville et le bush, il semble n’ avoir aucun endroit pour des gens comme lui.

Écrit dans les années soixante, et premier livre écrit par un aborigène, chat sauvage en chute libre nous raconte l’écartèlement d’un homme sans racines à force d’en avoir trop. Sans repères, fracassé par la vie, errant autant dans sa vie que dans sa tête, cet homme que l’auteur ne nomme jamais ( quel est le nom de celui qui ne sait pas qui il est?…) nous donne les clés de la société australienne de l’époque, passablement raciste mais surtout sans aucune volonté de connaître ce monde aborigène.

Au bout de l’errance, il y aura les chiens, encore la police, mais dans un seul regard, peut-être aussi, une once d’humanité.

en librairie le 12 janvier 2017, 18€