Par le vent pleuré Ron Rash Éditions du Seuil

Ce qu’il y de beau dans les romans de Ron Rash, c’est qu’il arrive chaque fois à nous entraîner subtilement vers des rives où se cachent, comme ici, une étrange jeune fille, Ligeia. Nous sommes en 1969, en plein Flower Power, et dans ces montagnes des Appalaches, son apparition va bouleverser l’ordre des choses de deux frères, Eugene et Bill. Elle les mènera par le bout du nez (souvent chez Rash, les femmes sont dominantes…), en fera des voleurs et des amoureux, les fera chavirer plus d’une fois vers des méandres secrets. Ligeia finira par disparaître, elle est rentrée chez elle, c’est certain, a repris le bus pour la ville, et c’est ainsi que le monde tourne depuis qu’il est monde.

En 2009, des ossements sont retrouvés au bord d’une rivière. Parfois, le monde s’arrête de tourner, et c’est cette histoire qui hésite entre folies et déraisons, quand deux frères, qui sait… C’est un roman aux pentes douces, aux photos jaunies qui reprennent subitement une couleur rouge. Dans sa prose toujours aussi magique, Ron Rash nous tient en haleine, mais tout cela sans se faire juge. Parfois la vie tourne du mauvais côté de la rive, c’est la vie, c’est magistral, c’est du Ron Rash, tout simplement…

Publicités

À propos saintchristophelesneven
LIBRAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :