Débâcle Lize Spit Éditions Actes Sud

Ils sont trois et seulement trois à être nés en 1988 dans ce petit village de Bovenmeer. Eva la fille, Laurens et Pim, les deux garçons. A l’école, on les trimballera ensemble d’une classe à l’autre et c’est ainsi qu’ils vont se nommer  » les trois mousquetaires ». Ils grandissent, font les quatre cent coups jusqu’à cet été où la folie de leurs adolescences mal dégrossies va les conduire au delà de leur petit monde clos.

La couverture raconte très bien ce roman, cette petite fille qui croit être une femme, dans un corps qui hésite encore à se transformer, va jouer aux jeux pervers des deux autres. Où est la frontière dans ces jeux adolescents quand le rire se transforme en rictus de peur, en violence sans contrôle.

Quand le temps a fait son œuvre, il suffit d’un rien pour ranimer les vengeances froides. Eva va revenir au village… Toujours se méfier de la glace, elle brûle parfois bien plus que le feu…

Publicités

Une longue impatience Gaëlle Josse Notabilia

C’est l’histoire d’un enfant qui s’en va devenir un homme, Louis. C’est l’histoire d’une mère qui va attendre son retour, Anne. Elle lui écrit les fêtes qu’elle organisera pour son retour. Elle le sait parti sur les cargos à tourner autour du monde, elle lui écrit aux bons soins de… Le temps passe et Anne raconte cette vie jusqu’au départ de Louis, tout ce qui a conduit à ce jour où il n’a pas reparu. Dans ce nouveau roman, Gaëlle Josse va encore fouiller le fond de l’âme humaine, celle d’Anne bien sûr, mais aussi celui d’Étienne, le pharmacien qui épousera la veuve Le Floch et son rejeton de Louis. De sa petite maison d’ouvrière jusqu’à la maison de maître, c’est bien plus qu’une échelle sociale qu’Anne gravira, nous dira dans un souffle qu’il faut bien plus qu’un coup de ceinturon pour que Louis ait mis l’océan entre eux.

Encore une fois, Gaëlle Josse nous émeut et nous fait mesurer la fragilité des sentiments, la douleur de l’absence, le poids immense des conventions, dans cette langue de dentelle qui n’appartient qu’à elle.

Pactum Salis Olivier Bourdeaut Editions Finitude

Après le fameux « Bojangles » qui a fait danser la France entière et même au-delà en 2016, Olivier Bourdeaut nous livre son second roman, qui, s’il n’a rien à voir avec le premier, confirme son talent de raconteur d’histoires. Et qu’y a-t-il de plus jouissif qu’un romancier qui nous emmène sur les chemins de traverse de l’écriture avec une verve et une jubilation  qui se lit tout au long du roman.

Nous sommes dans les marais salants où Jean, le paludier taciturne, vit retiré dans son monde. Quand lui arrive sur le paletot, au volant de son bolide, Michel, agent immobilier sans foi, ni scrupules.

De ces deux vies qui se confrontent, s’affrontent, s’aiment et se haïssent, Olivier Bourdeaut réussit un roman solaire où les ombres trahissent les remords, où les silhouettes des deux protagonistes s’allongent vers la nuit. Dans une langue mieux maîtrisée et fleurie que dans « Bojangles », l’auteur nous livre un roman noir où, derrière ce pacte de sel signé par Jean et Michel, se cachent des secrets qui, comme la fleur de sel qui éclot au matin dans les œillets, affleurent au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire. Pactum Salis se déguste comme un bonbon sucré jusqu’à l’acide fiché en son cœur!