Un loup est un loup Folco, Makyo, Nardo Glénat

501 UN LOUP EST UN LOUP T01[BD].indd L’adaptation d’un livre en film ou en bande dessinée est toujours une sorte de funambulisme hasardeux. Et quand il s’agit d’un de ces livres magiques que vous n’arrivez toujours pas à oublier plus de vingt ans après l’avoir lu, vous considérez celui qui l’entreprend, soit comme un fou, soit comme un saint. Et pourtant, quel bonheur que d’avoir lu « un loup est un loup » adapté par Pierre Makyo du roman de Michel Folco. Tout y est, même si tout n’y est pas dit, et c’est bien cela le talent du scénariste, arriver à tout nous dire par l’ellipse ou encore mieux ici, par le splendide dessin de Federico Nardo. Le découpage des planches donne une saveur nouvelle à la narration, les personnages sont campés admirablement et « les cinq épateurs de Racleterre » sont aussi étranges qu’attachants. Une magnifique réussite, on attend juste le tome 2 avec une impatience non feinte.

Avant on était deux… Astrid M Marabulles

astridAstrid M fait partie de ces blogueuses qui exposent leurs vies sur le net au moyen de petites saynètes drolatiques. Avant on était deux, c’était avant que les enfants ne viennent pourrir la vie de leurs parents, quand on avait le temps de… le temps de plein de choses ! Avec un sens aigu de la perception des petits tracas, c’est aussi un joli message d’amour à ses deux bambins !

Ceux qui me restent Damien Marie et Laurent Bonneau Editions Grand Angle

bonneauC’est une bande dessinée étonnante, tant par le scénario de Damien Marie que par les dessins et couleurs de Laurent Bonneau. A 70 ans, la maladie d’Alzheimer frappe Florent. Il sent sa vie lui échapper, jour après jour, inexorablement. De sa jeunesse, de la perte de sa femme, de sa fille Lilie, nous remonterons le fil de ses souvenirs où chaque page est comme un testament, une marque indélébile. Un dessin somptueux pour une histoire magnétique.

Mauvais genre Chloé Cruchaudet Delcourt

chloéInspiré de faits réels, l’histoire de Paul et Louise bascule au début de la Première Guerre Mondiale. Paul croit bien devenir fou dans les tranchées et se mutile un doigt. Après six mois à soigner son infection, on le destine à retourner en première ligne. Il déserte, retrouve Louise qui va le cacher, Louise qui va lui donner l’idée de se travestir. Et c’est en Suzanne qu’il traversera les années de guerre et bien plus encore. Mais la folie n’est jamais loin et c’est dans le fracas que leur vie de couple va tourner à la tragédie. Le magnifique dessin de Chloé Cruchaudet renforce cette histoire absolue, baroque, folle, mais qui ne peut laisser insensible.

L’arabe du futur Riad Sattouf Allary Editions

sattoufQu’est-ce qui n’a pas été dit sur cet album génial de Riad Sattouf, ce dessinateur mi-breton, mi-syrien qui a passé son enfance dans la Lybie de Khadafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad ? Evidemment, ce qui est formidable, c’est d’avoir retrouvé le ton de l’enfance pour restituer ce que peut-être la vie dans ces deux pays durant les années 80. Tour à tour drôle, émouvant, inquiétant, avec une fausse naïveté, cet album qui vient de recevoir le Fauve du Public au Festival d’Angoulême est déjà en passe de devenir un classique !

Les Pierres Rouges Makyo Delcourt

makyo  Cela fait toujours plaisir de retrouver le dessin d’un auteur qui se consacrait essentiellement au scénario depuis quelques années. Et c’est peu de dire que ces « Pierres Rouges » nous ramènent vers l’univers mystérieux de l’auteur d’ un cœur en Islande ou de Grimion gant de cuir.

Ici, nous sommes en Provence, dans les années 30. Ismaël, jeune gamin d’une douzaine d’années va fuir autant la mort de sa mère que la brutalité de son père ou l’imbécillité du monde qui l’entoure. Cette fuite l’entraînera jusqu’à une étrange maison de pierres rouges où le recueille Esther. Entre eux deux, un drôle de jeu du chat et de la souris naît entre les larmes et les cris, dans le chaos d’une maison vide où un tableau énigmatique va poser une question sans réponse.

Avec ce dessin d’ombres et de lumières rases, avec des plans cinématographiques (n’oublions pas que Makyo est aussi cinéaste!) l’histoire d’Ismaël et d’Esther nous emprisonne vers une résolution que nous espérons dans le tome 2!!!

De père en FIV William Roy La boîte à bulles

roy  Pas évident à raconter le parcours d’un couple en quête d’enfants. Eh bien, William Roy le réussit magnifiquement avec cette BD tendre, drôle et souvent émouvante. On suit les tribulations d’un couple qui s’engage dans la longue et pénible démarche de la F.I.V avec tout ce que cela peut comporter de faux espoirs et de grandes déroutes. De plus, quand le père biologique de notre héros revient s’immiscer dans sa vie, c’est toute son enfance qui lui revient comme un boomerang.

Mythe du passage et de la transmission, c’est un joli pied de nez à la bêtise et une belle manière de montrer que c’est la vie qui gagne en fin de compte ou de conte, c’est selon!

Le fils du Yeti Didier Tronchet Casterman

L.10EBBN002152.N001_FilsYETI1_C_FR  Il est loin le temps où Didier Tronchet nous faisait rire avec Jean-Claude Tergal et Raymond Calbuth. De l’humour grinçant sur les travers de notre société, il est passé au registre du tendre et de l’introspection. Parce que toutes les histoires de familles sont aussi compliquées que les familles elles-même, il nous livre les codes et les secrets de sa propre enfance, ce qui a façonné le jeune Tronchet.

Même s’il se cache derrière le dessin, il n’est pas trop difficile de comprendre que c’est de lui et de son fils qu’il avait envie de nous parler. Être le fils du Yéti, c’est être le fils de celui que l’on ne connaît que par la parole des autres, celui qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours (en l’occurrence le Yéti de Tintin, mais c’est une autre histoire, ou bien c’est la même, on s’en fout!!!). C’est l’histoire d’un gamin accroché à une photo où son père regarde ailleurs, comme si ailleurs, c’était différent, c’est l’histoire d’une lettre, d’un rendez-vous manqué. La simple et magnifique histoire d’un homme qui dépasse l’âge de son père et qui se demande à quoi ça rime…

C’est une histoire simple, mais universelle, celle qui nous relie à nos parents et à nos enfants, celle qui est le fil du funambule qui nous relie tous les uns aux autres, une histoire où on ouvre les albums photos en se demandant encore une fois qui est celui dans le fond qui cligne des yeux, c’est pas, comment il s’appelait déjà…

La Bataille Tome 3 Gil/Rambaud/Richaud

richaud  On attendait avec impatience le tome 3 de « La bataille », l’adaptation du roman éponyme de Patrick Rambaud et on ne peut que s’enthousiasmer pour la fin de cette bataille d’ Essling, magnifiquement dessinée par Ivan Gil et parfaitement scénarisée par Frédéric Richaud.

Première boucherie de la guerre moderne, elle est le reflet de la folie des hommes, quand, sans qu’il n’y ait de vainqueur, il n’ y aura que des vaincus, tant les quarante mille morts du champ de bataille résument à eux seuls l’imbécillité des chefs de guerre.

Grande fresque historique, les trois tomes de cette « bataille » s’enchaînent avec une maestria et un brio qui nous donnent une envie supplémentaire. Frédéric Richaud va-t-il adapter le très beau « Il neigeait » du même Patrick Rambaud? On l’espère!

Peter et Sally Bacaria Lepithec Sarbacane

Impression Dans leur genre, Peter et Sally n’ont pas leur pareil pour enchaîner bêtise sur bêtise. En se baignant dans une rivière, ils tombent sur un obus… C’est quoi, ben un suppositoire pour la Terre qui n’est tout à fait rentré bien sûr. Voui, je sais, on va encore s’attirer les oukazes des ligues bien pensantes, ben tant pis!

Pas envie d’aller à l’école? On téléphone à la maîtresse en se faisant passer pour un des parents… mais elle est trop forte la maîtresse, elle les a reconnus!!!

Une bande dessinée d’une fraîcheur et d’un humour si juste que même les parents rient de bon cœur!!!

A partir de 7 ans jusqu’à 177 ans! Promis