A la folie, pas du tout M.J Arlidge Les Escales

Helen Grace, officier de police, tout juste sortie de prison et réhabilitée dans ses fonctions, enfourche sa Kawasaki toute neuve.

Elle ne sait pas encore que c’est une journée à 100 à l’heure qui l’attend.

7 heures, une mère de famille est tuée sur une route de campagne.

Deux heures plus tard , c’est au tour d’un pharmacien à Southampton d’être abattu dans sa boutique.

Quels sont les liens entre ces deux individus appréciés et sans histoire… et les autres qui vont suivre ?

Helen doit faire face à une équipe dans laquelle la confiance a été bafouée, et doit tout faire pour démêler les fils de cette sanglante affaire.

Les femmes sont très présentes et déterminées dans ce thriller. On suit l’enfance torturée du meurtrier et l’impact que peut avoir le passé sur nos vies.

Chaque chapitre correspond à une heure de la journée. Ils sont courts, ce qui donne à l’intrigue un rythme soutenu .

On a qu’une hâte : arriver au bout !

Monique

Bonne nuit mon ange Aimée Molloy Les Escales noires

Jeunes mariés, la quarantaine, Sam et Annie viennent de s’installer dans une petit ville de l’état de New York afin de se rapprocher de la mère de Sam atteinte de démence et placée en institution

Sam est psychothérapeute et se crée sa clientèle dans un bureau aménagé dans une grande et ancienne maison mise gracieusement à disposition par un habitant de la ville, en échange de quelques travaux routiniers. Il y reçoit ses patients et leurs secrets.

Mais est-il bien le seul à les écouter ?

Quant à Annie, elle s’ennuie et instaure avec Sam des jeux amoureux pour vaincre la monotonie.

En attendant la petite fortune que son père lui a léguée par l’intermédiaire de sa mère, Sam mène un train de vie au-dessus de ses moyens et s’endette.

Et puis un jour, Sam disparait !

A-t-il voulu échapper à sa situation financière ? Est-il parti avec une de ses patientes ?

Annie ne veut pas croire et cherche à comprendre ce qui lui est arrivé.

Thriller psychologique déroutant par moments tant l’intrigue est bien construite, on se demande même si on n’a pas oublié de lire un chapitre, pourtant tous les détails sont là. On continue, on veut comprendre !

Monique

Jamais tu ne me quitteras Chevy Stevens L’Archipel

Séparée depuis 10 ans de son mari ( manipulateur, alcoolique et violent) qui lui faisait vivre l’enfer, Lindsey a de nouveau l’impression d’être suivie et espionnée et ce même à l’intérieur de sa propre maison. Elle a refait sa vie avec sa fille, Sophie, sur une île proche de Vancouver.

Et si Andrew était sorti de prison et l’avait retrouvée pour se venger

Il reprend contact avec Sophie pour lui dire qu’il a changé et qu’il voudrait faire partie de sa vie. Sophie était si jeune à l’époque, elle doute mais veut quand même y croire

Et si ce n’était pas Andrew ? 

Thriller psychologique captivant dès les premières pages

SI vous avez lu  » Le couple d’à côté » ou « Derrière les portes » vous aimerez !

Monique

Impact Olivier Norek Editions Michel Lafon

Suite au décès de sa fille lié à la pollution , Virgil Solal, ancien militaire et policier, entre en guerre contre les géants du pétrole, qui ne pensent qu’au profit au détriment de la santé des gens et du bien-être de la planète.

Il enlève le PDG de Total et diffuse les images sur les réseaux sociaux afin de sensibiliser la planète entière

Un flic et une psycho-criminologue sont chargés de le retrouver et de l’arrêter.

Solal fait des émules et de plus en plus d’internautes s’allient progressivement à sa cause 

Et si son homicide était considéré comme une légitime défense ?

IMPACT réveille les consciences, on n’en sort pas indemne .

Si rien n’est fait aujourd’hui que laisserons nous à nos enfants, quel avenir pour la planète ?

Monique

Richesse oblige Hannelore Cayre Éditions Métailié Noir

Voici l’un des romans les plus réjouissants du moment ! Hannelore Cayre n’a pas son pareil pour inventer des personnages absolument décalés (rappelez-vous La Daronne !) ce qui lui permet ainsi de mettre le doigt là où ça fait mal, dans cette société du XXIème siècle qui en vient à singer celle du XIXème avec une monstruosité sans morale.

S’appeler de Rigny sur une petite île bretonne au large de Brest (dont le nom pourrait commencer par O pour finir par T ! Opinion personnelle !), quand tous les copains s’appellent Tual, Berthelé, Malgorn ou Botquelen, cela n’est pas banal. Quand, de surcroît, suite à un accident de voiture, on se retrouve à 16 ans multi handicapée, on voit que Blanche de Rigny va devoir multiplier les prodiges pour s’en sortir ! Première histoire !

En 1870, le Prussien montre bien plus que les dents et lors de la conscription, il vaut mieux tirer le bon numéro. Auguste, héritier d’une grande famille bourgeoise, peu porté sur les choses militaires, va tirer le mauvais. Mais dans cette époque bénie, où pourtant l’esclavage est aboli, subsiste une loi qui vous permet d’acheter un autre homme pour partir à la guerre à votre place. Cela s’appelle le remplacement militaire. Deuxième histoire.

Évidemment, vous l’avez compris, ces deux histoires n’en feront qu’une, mais c’est si magnifiquement imbriqué qu’on saute de l’une à l’autre avec un plaisir incroyable. Blanche, son amie Hildegarde et sa fille Juliette vont vous faire rire, vous émouvoir, vous donner envie de tuer aussi…

Quand à Corentine… Non Corentine, il faut aller la découvrir dans le roman.

Richesse oblige a paru le 5 mars 2020 jour de la Sainte Olivia et ne sera disponible à la librairie qu’à la Saint Glinglin!

Et surtout ne le commandez pas sur Amazon, vous pourriez entraîner deux ou trois Covid-19 par votre attitude!

Les oubliés de Londres Eva Dolan Éditions Liana Levi

C’est dans ces quartiers pourris de Londres que vivent Molly et Hella. Lors d’une fête pour la sortie du livre d’Hella, les deux femmes vont devoir s’occuper du cadavre d’un homme. Qui est-il ? Que voulait-il à Hella ? C’est un conte à rebours, car Eva Dolan, par une machiavélique construction constituée de flash- back va nous dévoiler tous les tenants et aboutissants de la vie de ces deux femmes. Savent-elles qui sont-elles vraiment l’une pour l’autre ? Molly est-elle cette deuxième mère pour Hella ? Hella est-elle vraiment cette militante anti-gentrification menant sa thèse ? Dans cet immeuble promis à la démolition, les rats pullulent autant que les mensonges. Et il y a ce Quinn qui vient d’être libéré et qui veut la peau d’Hella…

Eva Dolan réussit ici la prouesse de tenir son lecteur en haleine jusqu’à l’ultime scène d’une violence inouïe, dans la plus pure tradition du roman noir britannique !

Les oubliés de Londres a paru le 6 février 2020, jour de la Saint Gaston et sera disponible dans votre librairie à la Saint Glinglin.

Et surtout ne le commandez pas sur Amazon, vous pourriez entraîner deux ou trois Covid-19 par votre attitude!

Et Mathilde danse Lionel Salaün Actes Sud

Je guette toujours les romans de Lionel Salaün depuis son premier « le retour de Jim Lamar » paru chez Liana Levi en 2010. Et voici que je le retrouve dans la célèbre collection « actes noirs » pour un roman effectivement très noir.

Blandin est un flic obnubilé par le boulot, tant et si bien qu’il ne souvient pas des dates des derniers congés qu’il a posé. Sa vie de famille en a pris un coup, il dort sur le convertible, picole un peu trop quand sa femme lui annonce qu’elle le quitte et se barre avec les mômes. C’est l’occasion d’aller écluser quelques gorgeons dans un bouge à travelos et putes bas de gamme.

Une jeune femme est retrouvée morte dans sa voiture, elle s’appelle Agnès Montaud, mais pour Blandin, dès qu’il la voit, il pense à une autre qui partageait la même beauté, celle dont il était amoureux dans sa jeunesse, Mathilde. Tout semble indiquer une mort naturelle, rien à se mettre sous la dent, la voiture semble sortir du garage du concessionnaire. Blandin ne veut pas le croire, cette femme ne peut pas être morte d’un arrêt cardiaque. Mais l’affaire est classée, elle lui échappe comme ce visage qu’il griffone sur du papier afin de ne jamais l’oublier.

C’est alors un autre roman qui commence, la quête d’Agnès. Blandin pose enfin des congés et décide de remonter le fil de la vie de la jeune femme. Cela l’amènera jusqu’au bout de la nuit des bars glauques où des filles se donnent en spectacle. On se grime parfois pour échapper à tous les radars, on se travestit, on disparaît, on ment dans de belles lettres envoyées, mais on n’échappe que rarement à son destin. Blandin va s’enfoncer dans les lignes grises des matins blêmes, ceux où l’espoir d’une vie meilleure laisse croire à des gamines qu’il suffit des lumières de Paris pour réussir. Encore une fois, la magie de l’écriture de Lionel Salaün, l’empathie qu’il porte à ses personnages nous entraîne dans les pas de son commissaire qui, à mon avis, pourrait bien devenir récurrent!

Et Mathilde danse a paru le 4 mars, jour de de la Saint Casimir, et sera disponible dans vos librairies pour l’instant à la Saint Glinglin!

Et surtout ne le commandez pas Amazon, vous pourriez entraîner deux ou trois Covid-19 par votre attitude!

Handsome Harry James Carlos Blake Editions Gallmeister

Vous connaissez l’histoire de Jessie James, comment il vécut et comment il est mort…..

Le beau Harry, c’est un peu une histoire à la Gainsbarre, celle d’un homme qui va s’encanailler avec John Dillinger, dans ces années 30 où les banques se laissent prendre d’un coup de fusil, où les filles n’ont pas que des bas de soie et lèvent la jambe pour le plus mignon des voleurs.

Ici, les héros sont des braqueurs de banque qui tirent en l’air, amassent les dollars, achètent des voitures rutilantes, traversent le pays pour de nouveaux casses, se reposent en Floride, jusqu’au jour où l’une de leurs balles transperce un flic.

C’est une autre histoire, un autre roman, c’est une fuite, une cavale, les jolies filles ne courent plus avec les voleurs. Les flics veulent rattraper le gang Dillinger, c’est une autre vie qui commence, courir plus vite, se cacher mieux, jusqu’à la dernière route. Si c’est le beau Harry qui raconte, c’est bien le gang Dillinger qu’il nous raconte. Il y a de l’amour à tous les étages, des flingues et des portes qui claquent, des Ford T qui grommellent, bref, quand Bonnie Parker and Clyde Barrow passent dans le roman, tels des invités entre deux coups de feu, on baisse la tête, on se dit simplement qu’il ne faut pas toujours croire que les histoires d’amour se terminent mal en général. Celle-ci oui, mais what else?

L’étoile du Nord D.B John Les Arènes

Est-ce la connerie de Donald Trump et sa fascination pour la Corée du Nord à laquelle nous devons ce roman addictif? Non, absolument non, par contre, il est le fruit d’une vérité étonnante. Mais qui n’a rien à voir avec le magnifique « Eclipses japonaises » d’Eric Faye!

A la croisée de John Le Carré, dans un pur style de roman d’espionnage qui vous entraîne, page après page, dans des interrogations qui tentent de vous perdre et de vous reprendre, c’est toute l’intensité de ce monde explosif qu’est la Corée du Nord qui vous emporte. Même si on est parfois souriant sur des facilités de scénario à l’américaine, on dévore ce roman avec avidité.

Et qu’attend-t-on d’un livre, sinon de nous emporter là où nous avions pas prévu de nous rendre!!!

Dans l’ombre du brasier Hervé Le Corre Éditions Rivages/Noir

Ce qui est formidable avec Hervé Le Corre, c’est qu’il n’est jamais là où on l’attend.

Dernièrement, il y eut « Après la guerre  » dans ce Bordeaux des années 50 qui n’avait rien oublié de la guerre, puis « Prendre les loups pour des chiens » dans la marginalité de notre monde contemporain, et ici, tout est autre, la langue, le lieu, l’histoire.

Alors quelle est cette ombre et quel est ce brasier? Nous sommes en 1871, pendant la semaine sanglante qui marquera la fin de la Commune de Paris, cette rébellion du peuple de Paris contre les Versaillais, l’élite (cela ne vous rappelle rien!).

Alors que Paris est mitraillé, bombardé par les loyalistes, la Commune de Paris se meurt, exsangue et sacrifiée, des filles disparaissent, happées par un fiacre dont le cocher est reconnaissable entre tous, défiguré.

Parmi elles, Caroline, l’amoureuse de Nicolas Bellec, un Breton de Saint-Pabu, qui n’aura de cesse de la retrouver dans cette grand mort qui se dresse partout, dans ces immeubles qui s’effondrent, dans cette ville qui n’est plus que gravats et sanglots.

Il y aura aussi Antoine Roques, devenu commissaire par le fait de la Commune, qui cherchera à démêler l’écheveau de ces disparitions. Mais que sont ces femmes dans le maelström d’un monde qui finit, s’embrase, où les exécutions sommaires fracassent les murs des balles des loyalistes.

Alors oui, il y aura bien cette enquête, il y aura bien ces deux hommes qui vont chercher Caroline, mais entre les lignes du roman, il y aura la splendeur d’un roman hugolien, où l’ écriture d’Hervé Le Corre nous fait ressentir la poudre et le sang, les membres amputés, l’odeur du vin rance et de la poudre des fusils, les enfants qui meurent dans le silence assourdissant des obus qui fracassent bien plus que des idées. Roman total qui nous laisse abasourdi, presque sourd, le lecteur avec la poussière du mur des Fédérés qui lui enflamme la cornée.

Certains livres nous laissent muets, celui-ci en est un.