Nulle part sur la terre Michael Farris Smith Éditions 10/18

C’est une femme qui revient sur ses pas, là où elle a grandi, avec sa fille qui lui tient la main et un sac poubelle sur l’épaule qui lui tient lieu de vie. C’est un homme qui sort de prison et revient là où il a grandi, mais où on ne l’attend pas avec des fleurs, mais avec des poings. C’est l’histoire de Maben et Russell, l’histoire d’une Amérique qui sent l’huile de vidange, la poussière et la rouille, un monde où rien ne s’oublie et tout se paye au prix fort. Alors évidemment, il n’y a « Nulle part sur la terre » pour la rédemption de l’un, de l’autre. On peut ouvrir les fenêtres et foncer sur la highway, tout au bout il ne restera que l’inconnu d’une nuit sans lune, quand les mots ne servent plus à rien, sinon à bégayer un passé d’ivresse coupable. Ici, personne ne gagne, chacun cherche à s’en sortir sans avoir la clé. Les flics font du gras, les héros n’en sont pas, l’Amérique laisse suinter son fard à joue, le rimmel coule noir et dégouline jusqu’au soleil levant. C’est un roman de boxeur, qui vous laisse groggy, pantelant, bouche ouverte.

Publicités

Les chroniques de San Francisco de Armistead Maupin éditions 10/18

Et une belle saga pour accompagner votre été! Les chroniques de San Francisco ne sont certes pas une nouveauté mais quel plaisir de se plonger dans les aventures de Mary-Ann Singleton, jeune américaine qui débarque de sa campagne pour s’installer à San Francisco dans les années 70. La jeune fille, pleine de candeur et de naïveté, découvre une ville en pleine ébullition et fait une multitude de rencontres toutes plus incroyables les unes que les autres. Elle s’installe chez Anna Madrigal , personnage loufoque et attachant, qui tient une pension sur Barbary Lane et cultive à ses heures un peu de marijuana. C’est dans cette fameuse pension que Mary-Ann va rencontrer des personnages hauts en couleur que le lecteur retrouvera tout au long de la série, qui compte tout de même 9 tomes! Mais on ne s’ennuie pas bien au contraire chaque ouvrage se lit incroyablement vite! ça sent bon les seventies, le soleil, l’amour et l’amitié! A découvrir absolument!

Maëla