Sweetgirl Travis Mulhauser Éditions Autrement

sweetgirl C’est la voix de Percy qui va nous guider dans ce roman âpre comme le vent et la neige qui hantent les forêts du Nord Michigan. Percy cherche sa mère, Carletta. Elle doit encore s’envoyer en l’air chez ce taré de Shelton. Quand Percy arrivera dans la ferme de Shelton, elle découvrira sa mère droguée à mort, et un bébé qui hurle dans une chambre sans fenêtre, le visage sous la neige. Une petite fille de six mois à peine. Alors, elle va fuir avec la petite sous le bras.

Commence alors la traque. Percy et l’enfant, l’imbécile de Shelton à ses trousses avec ses comparses aussi ringards les une que les autres, mais d’une violence décuplée par leur connerie. Percy ira se réfugier chez Portis, ancien amant de sa mère, dont elle rêve secrètement qu’il est son père. Dans cet univers hostile de forêts sombres engourdies par le gel, Percy fuira pour sauver cette enfant, cette enfant qui est un peu elle aussi, enfant abandonnée, ballotée autant par la vie que par les hommes.

Elle ira jusqu’au bout, chercher cette lumière qui, parfois, s’allume dans les nuits les plus sombres, alors que tout semble irrémédiablement perdu. Sweetgirl est le portrait d’une adolescence de courage et de sacrifice et aussi d’espoir.

Publicités

Aucun homme ni dieu William Giraldi Autrement

giraldi Ami lecteur qui entre dans ce livre, commence à ne plus penser avec la loi ou la morale des hommes, car ici, elle n’a que faire. Au nord du 48ème parallèle, dans la toundra de l’Alaska, quand le froid t’oblige à respirer par le nez pour ne pas brûler tes poumons, quand les loups rôdent autour du village de Keelut, quand des enfants sont enlevés par la horde, que reste-il? C’est ce que se demande Russel Core quand il arrive ici. Medora Slone a vu son enfant disparaître, et elle veut qu’il lui ramène les ossements de son fils. Russel va partir, il verra la horde, mais c’est en revenant à la cabane de Medora qu’il en connaîtra bien plus.

Alors oui, aucun homme ni dieu ne font les règles à Keelut, peut-être les loups ou l’hiver, peut-être la faim. Elles sont immuables dans le cœur et dans le corps uniquement de ceux qui survivent ici. Entre chamanisme et  grand ordre de la nature, William Giraldi nous entraîne dans un roman étrange et dérangeant, où la quête d’un homme meurtri nous amène à penser différemment, où le doute s’installe sur ce qu’il faut croire ou ne pas croire, où le lecteur est pris à témoin que la frontière entre le bien et le mal a de multiples curseurs.

Aucun homme ni dieu fait partie de ces romans inclassables, qui, une fois refermés, vous tournent autour encore longtemps.

 

Retour à Little Wing Nickolas Butler Autrement

butlerLee, Ronny, Kip et Hank sont quatre copains d’enfance ayant grandi tous ensemble à Little Wing, une petite ville perdue dans le Wisconsin. Si Hank a choisi de rester vivre là bas et de reprendre la ferme de son père, Lee est devenu une rock star adulée du public. Quant à Kip, il a fait fortune en tant que trader et Ronny , champion de rodéo, plutôt porté sur l’alcool, s’est retrouvé affaibli suite à un grave accident. Les quatre amis ont maintenant 30 ans et si chacun a choisi de suivre un chemin différent tous restent liés à cette enfance passée ensemble. Mais une telle amitié peut-elle résister au temps et aux choix de vie des uns et des autres ?
Ce premier roman de Nikolas Bukler est une ode à l’amitié où chacun des narrateurs évoque son point de vue, ses sentiments, ses ressentis… On y découvre des personnages attachants et drôles qui semblent dialoguer entre eux tout au long du roman. En effet, Nikolas Buckler a choisi ici une construction originale où chaque personnage prend la parole le temps d’un chapitre.
Un roman passionnant parfois émouvant et très original qui rend hommage à l’amitié et à l’enfance partagée qui semble créer un lien solide entre les êtres malgré leurs choix de vie différents.

Maëla