Ceux que je suis Olivier Dorchamps Éditions Finitude

Marwan n’a jamais pensé qu’il était autre chose que Français. Prof de lycée, quand sonne la fin des vacances et que Capucine lui annonce qu’elle le quitte pour un banquier breton, la seule chose dont il se souvienne, c’est que son père lui a toujours dit de se méfier des femmes aux noms de fleurs, car elles ont souvent davantage d’épines que de parfum.

Du Maroc, il ne lui reste qu’un pronom qu’il passe son temps à épeler et un bronzage permanent.

Jusqu’au jour où son père meurt d’un infarctus, à cinquante-quatre ans. Le garagiste de banlieue qui n’était rentré que huit fois au pays en trente ans a demandé à être enterré sur sa terre natale, à Casablanca. Incompréhensible pour ses enfants, mais la ,volonté du père se doit d’être respectée, et c’est Marwan qui l’accompagnera lors de son dernier voyage en avion. Les autres les rejoindront par la route.

Accompagné de Kabic, le premier Kabyle à avoir travaillé à l’usine BIC, il va renouer avec l’histoire de sa famille, dans ce pays qu’il ne connaît pas, dont il ne maîtrise ni la langue, ni les coutumes. Alors Kabic raconte et Mi Lalla, la grand-mère marocaine raconte et c’est une toute autre vie qui naît alors.

Olivier Dorchamps a ce talent de raconteur d’histoires, celles qui nous émeuvent et nous font rire, celles qui nous touchent au cœur et nous obligent à écraser la larme au coin de l’œil. De ces deux mondes qui s’apprivoisent enfin, il touche à l’essentiel de ce qu’est l’exil, avec tout ce qu’y s’y attache, la peur, les non-dits, les secrets enfouis avec une écriture subtile dans laquelle on aurait laissé infuser quelques gouttes d’eau de fleur d’oranger.