La caravane du Pape Hélène Bonafous-Murat Éditions Le Passage

Mais quelle est donc cette caravane qui se réclame du pape et qui est ce Leone Allaci qui vient s’emparer de la magnifique bibliothèque de la ville d’Heidelberg ? C’est lui, alors qu’il sait que la mort le tient en ses fourches qui raconte l’incroyable histoire de ces 196 caisses qui vont quitter les rives du Neckar pour rejoindre la cité vaticane.

Mais si on se disait que cette folle aventure n’était qu’un prétexte pour nous parler d’autre chose! Hélène Bonafous-Murat aime à nous perdre autant que ses personnages, car dans ce grand fatras de chevaux, de chariots, de mercenaires de peu de foi, de villageois apeurés qui se mêlent à la caravane, il y a une jeune fille avide de savoirs.

Leone Allaci, l’érudit, vacille devant Lotte, et c’est de cette histoire qu’il est ici le plus savant mariage des mots et des livres. Si Leone emmène à Rome tout les trésors de la grande bibliothèque d’Heidelberg, il apprend aussi à Lotte tout ce qui le ramène à son enfance. Lui l’homme de foi est troublé par la beauté et l’intelligence de ce frêle roseau qui n’a que son innocence à offrir contre la brutalité du voyage et l’infime tremblement de l’âme de Leone.

Dans une langue sublime, Hélène Bonafous-Murat nous entraîne dans un roman qu’aurait certainement apprécié Umberto Eco tant l’érudition se mêle à l’aventure, la violence aux amours impossibles et l’histoire à notre simple humanité.

avancez masqués Hélène Bonafous-Murat Éditions Le Passage

Étonnant et troublant que ce quatrième roman que publie Hélène Bonafous-Murat aux Éditions Le Passage. S’il y est beaucoup question d’art, c’est aussi à un autre questionnement que l’auteure nous invite à découvrir derrière tous les masques, qu’ils soient réels ou virtuels. Qui sommes-nous tous, quel est cet autre moi qui parfois va pousser des portes derrière lesquelles naissent d’autres tableaux, bien plus réels, faits de chairs et de fleurs, de violences et de désirs inavoués.

Quand Olivia Lespert, cette spécialiste d’art contemporain, se retrouve le jouet d’un homme dans une pièce aveugle, elle ne sait pas encore que le jeu auquel elle joue et qui lui procure des sensations intenses, va être le point de départ du basculement de son existence.

Qui était vraiment cette ministre de la Culture qui vient d’être assassinée? Qui est cet homme qui semble tout savoir de ses mouvements et qui lui écrit des sonnets équivoques?  Hélène Bonafous-Murat adore brouiller les pistes, rajoute des masques et des faux-semblants, nous entraîne à Marseille au MUCEM, où les trafics d’œuvres d’art se cachent derrière d’autres masques respectables. Ici, tout est fuite et retournement, car chacun des personnages à quelque chose à dissimuler. Étrange jeu du chat et de la souris dans ce monde de l’art contemporain où les faussaires jouent d’étranges partitions sur les corps abandonnés, « avancez masqués » est bien plus qu’un roman qui dénonce et se moque, il agit comme le révélateur de notre société malade de l’immédiateté, de ce rapport au temps et à la gabegie de l’information truquée. Hélène Bonafous-Murat arrache les masques de l’hypocrisie, et ça fait un bien fou!