De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire Marc Salbert Le dilettante

salbert  Il faut toujours se méfier du minibar qui ronfle dans votre chambre d’hôtel, parce qu’il peut, comme l’effet papillon, entraîner des réactions en chaîne absolument désastreuses. C’est ce qui arrive à Arthur Berthier, journaliste rock qui va se retrouver dans une spirale sans fin où Hassan, Afghan né dans le XVIème, Daoud, sans papiers afghan hébergé par Arthur, Emilie, fille d’Arthur, bref, comment vous dire. On part dans un roman complètement barré où, non seulement, on rit énormément, mais qui aussi sait nous interpeller sur ce monde global qu’on nous sert à toutes les sauces. C’est jouissif en diable, ça met aussi un petit coup au petit monde de l’édition, bref, c’est plus qu’un grand sourire ce roman, c’est salvateur !

Publicités