Ressentiments distingués Christophe Carlier Editions Phébus

On avait découvert Christophe Carlier avec son premier roman « L’assassin à la pomme verte », un petit bijou de roman noir écrit au scalpel. Dans ce nouveau roman, c’est avec de l’encre et du fiel qu’il écrit. Nous sommes sur une île et ici le facteur ne dépose pas que des bonnes nouvelles dans les boîtes aux lettres. Un corbeau s’amuse à écrire des lettres anonymes pour salir les habitants. C’est bien connu que sur les îles, tout le monde se connaît et tout le monde pense connaître ce que l’autre a à cacher. Et le corbeau semble effectivement bien au courant des secrets inavouables de tout un chacun. Christophe Carlier n’a pas son pareil pour semer le trouble chez le lecteur. il est un fin dessinateur des âmes humaines, et surtout de leurs errances. Chacun surveille les faits et gestes, on parle au Café de la Marine, on élucubre, on suspecte, on enquête. Mais parfois les fils tressés finissent par rompre. De vous dévoiler le fin mot de l’histoire, ce n’est pas le lieu, ni le moment, sachez quand même que Christophe Carlier vous a encore concocté un roman jouissif au goût de camomille sucrée et d’embruns acides.

La couleur du lait Nell Leyshon Editions Phébus

couleur lait  Dans cette campagne anglaise du Dorset, Mary vit avec ses trois sœurs et ses parents. Elle a quinze ans, ne sait ni lire, ni écrire, n’a aucun avenir sinon celui de sortir les poules, de ramener les œufs, de traire les vaches. Avec sa jambe folle, à quoi peut-elle prétendre d’ailleurs sinon à être une presque bouche inutile. Aussi, quand la pasteur Graham cherche une bonne pour s’occuper de sa femme souffrante, le père de Mary voit là une bonne manière de se débarrasser de la petite et d’en recueillir des subsides. Mary va quitter la ferme pour la première fois de sa vie, elle ira un kilomètre plus loin.

Alors, une autre vie commence. Mary n’a pas les codes, elle ne connaît rien, alors elle va apprendre avec Edna. Au fur et à mesure, elle va découvrir que la douleur peut parfois naître là où on ne l’attend pas. Les saisons passent, Mary va apprendre à lire, à écrire et c’est ce livre écrit quand tout s’est passé qu’elle nous donne à lire. Le dénouement sera tragique, car il ne pouvait en être autrement, mais qu’il est difficile d’oublier la jeune Mary une fois refermé ce roman sensible, écrit avec la violence sourde d’une enfance meurtrie.