Nature humaine Serge Joncour Éditions Flammarion

Allez, il est temps de vous parler de la rentrée littéraire de septembre qui, désormais, a lieu en août. Cette année, cette rentrée, nous l’avons lue confiné, comme les auteurs qui n’ont pu rencontrer les libraires. Tout s’est fait par webcam, visioconférence, sans même pouvoir boire un coup avec les auteurs, ce qui fut le plus difficile…

Malgré tout, j’ai eu la chance de pouvoir interviewer Serge Joncour pour son formidable roman « Nature humaine » qui balaye, de 1976, année de la sécheresse record du siècle dernier jusqu’à 1999, année de la tempête folle de fin d’année, la vie d’Alexandre.

Mais laissons Serge Joncour nous en parler!

Votre roman met en scène un jeune homme, Alexandre, qui vient de reprendre la ferme de ses parents. Une ferme isolée dans une vallée du Sud-Ouest. C’est cette « Nature humaine » cette nature et cette humanité qui sont les moteurs du récit, c’est un thème qui vous est cher ?

Ce rapport entre la nature et l’homme, c’est celui d’un agriculteur qui connaît très bien cette nature, on le suit des années 70 à 2000, et cette nature, c’est son environnement. Il en connaît tout, autant le nom des arbres que des herbes qui constituent les prairies. Et il tient à y rester alors que ses sœurs, les jeunes en général sont attirés par la ville. Ils rompent le pacte et divorcent de cette nature. Ce que je voulais montrer, c’est quelle est la nature de ceux qui restent et ce divorce avec ceux qui sont devenus des citadins. Cela me parle, ma famille est d’un milieu rural et je suis la plupart du temps en ville, alors c’est cette fracture qui intéresse le romancier que je suis.

Le roman commence en 1976, l’année de la sécheresse record. Se poursuit en 1981, l’arrivée de Mitterrand au pouvoir, puis 1986, Tchernobyl, 1989 la chute du Mur de Berlin pour finir en 1999, avec la grande tempête de fin d’année et l’arrivée de l’an 2000, le fameux bug ! Evidemment que ses dates ne sont pas choisies au hasard. Toutes ces dates racontent des fractures dans le siècle, mais aussi dans la vie d’Alexandre ?

 J’ai toujours été fasciné par ces évènements majeurs qui, à un certain moment, comme c’était le cas par exemple des canicules, où une sorte d’unanimisme se dégage. Tout le monde est dans la même sensation. Aussi, j’ai voulu organiser le livre autour de ces moments. Le roman commence avec la sécheresse de 1976, parce qu’il m’en reste des souvenirs en tant que gamin, de cette campagne où on avait peur de ne plus donner à boire aux bêtes, et ça coïncidait avec ce voisin de ma grand-mère qui refusait qu’on pose les poteaux du téléphone sur son chemin. En fait c’était un précurseur, dans ces années-là, refuser le téléphone, c’était refuser le mouvement du monde. Cela voulait dire beaucoup plus que de voir des poteaux au bout de son pré.

Une femme tient un grand rôle dans le livre, Constanze, une Allemande de l’Est dont Alexandre va tomber follement amoureux. Que pouvez-vous nous dévoiler d’elle ?

Constanze, c’est cette jeune femme qu’Alexandre va rencontrer au début des années 80. Elle est Allemande de l’Est, étudiante à Toulouse, son père travaille chez Airbus. Elle est une amie de sa sœur et à travers elle, il va découvrir une étrangère, qui, elle a cette idée de voyager, d’aller voir le monde, dont le père voyage sans cesse. C’est un tout autre univers que le sien qui se limite à la soixantaine d’hectares de sa ferme. Donc, à partir de là, aller à Toulouse, c’est aller vers un autre monde. Avec Constanze, il y a aussi les activistes qui luttaient contre la centrale de Golfech, mouvement anti-nucléaire. Cela me permet d’emmener le lecteur vers les questionnements de l’époque. Et si cela s’est fait, cela ne s’est pas fait véritablement aussi simplement qu’on le dit.

En vous lisant durant le confinement, je me disais que ce roman nous racontait déjà le bouleversement d’un monde, celui du paysan qui devient un exploitant agricole, pour les sœurs d’Alexandre, quitter la terre pour la ville, est-ce ces deux mondes qui s’opposent qui vous intéressait comme vous qui avez cette dualité, vous êtes un provincial converti à Paris ?

 Alexandre, combien même il vit dans cette ferme reculée, avec ses parents, ses grands-parents, ils sont rattrapés par ce mouvement du monde, contre lequel ils ne peuvent rien. Ils vont devoir s’adapter, faire venir des vaches d’ailleurs pour les engraisser, il faudra les mettre en quarantaine. Comme dit le père : « les animaux, c’est comme les hommes, ce n’est pas fait pour voyager ! » Il y a ce projet d’autoroute, qui a été construite avec son viaduc. Un projet d’autoroute, ça ne se fait pas du jour au lendemain, et cette vallée du Tréboulou que je connais depuis mon enfance, l’endroit le plus calme du monde, elle n’est plus la même depuis le passage de cette autoroute. Ce n’est plus le même monde.

On voit progressivement l’urbain qui rattrape la terre, on entend l’autoroute qui arrive, les premières grandes surfaces, le téléphone qui arrive au fin fond des campagnes, le minitel et ses prévisions météo. Y-a-t-il un accent de nostalgie dans votre écriture ou est-ce seulement un constat de dépit ?

Non, de la nostalgie, il n’y en a pas, mais je voulais montrer les bouleversements inédits. Installer le téléphone dans cette ferme perdue, et qui l’est encore, ça change le rapport au monde. Le minitel, c’est encore autre chose, c’était un outil important pour les agriculteurs, on ne le sait pas toujours. Ils étaient un peu pionniers dans le domaine de l’informatique, car cela leur simplifiait les documents administratifs. Tout cela n’est pas anecdotique.

On pourrait avoir le sentiment que la vie d’Alexandre est une fatalité, qu’il suit le modèle qu’on lui propose, alors que Constanze gouverne sa vie. Vous aimez ces dualités homme- femme ? Est- ce parce que cela sert le romancier ou plus simplement parce que c’est le sel de la vie ?

 Rapprocher des personnages qui, à priori, n’ont pas grand-chose à voir, et là, on est presque à l’extrême. Constanze fait des études, va aller vivre en Inde, alors qu’Alexandre ne bougera pas de sa terre. Alors, comment au long cours une histoire peut se construire, peut durer, se renouveler, se régénérer. Prenons Tchernobyl 1986, Constanze est en Allemagne, ils ne se sont pas appelés depuis trois ans. Elle l’appelle pour savoir comment cela se passe en France. Et les discours ne sont absolument pas les mêmes. Au gré des évènements personnels et universels, ils vont finir par se retrouver d’une façon ininterrompue.

Et cerise sur le gâteau, Serge Joncour viendra nous en parler à la librairie le vendredi 8 janvier 2021, notez-le sur vos agendas!

 

Chien-Loup Serge Joncour Flammarion

Nous sommes en 2017 et Frank et Lise vont se perdre dans le Lot, en pleine nature, là où pas un réseau ne passe. Si cela fait plaisir à Lise, cela ne fait pas l’affaire de Frank (imaginez Jean-Pierre Bacri levant son téléphone au ciel pour une seule barre qui ne vient jamais !)

Nous sommes en 1917 et un dompteur allemand vient se cacher au fin fond du Lot avec ses fauves et sa cage dorée et où Joséphine, l’une des premières veuves de la grande guerre aura les yeux de Chimène pour cet homme si étrange.

Et l’endroit où il se terre est, vous l’aurez compris, là où Lise et Franck viennent se ressourcer.

On reconnaît évidemment la patte de Joncour pour nous entraîner dans une histoire où on a envie de le suivre. C’est habilement mené, on sourit, on rit, on est ému, les deux histoires se frottent l’une à l’autre et on se laisse bercer par la belle musique de la langue de Serge Joncour.

Si ce n’est pas mon préféré du beau barbu, cela n’en reste pas moins un roman qui sera facile à proposer, parce qu’il y a derrière tout ça, la belle humanité du beau nounours qu’est Serge Joncour !