Seule dans Raqqa Hala Kodmani Les Equateurs

Saurons-nous un jour qui était Nissan Ibrahim, celle qui se cache derrière ce nom d’emprunt. Dans cette ville de Raqqa, Nissan, professeur de philosophie nous décrit le crépuscule d’un monde, celui d’un pays qui sombre dans le néant, dans l’horreur de l’islamisme. Sur sa page Facebook, elle dit ce qu’elle voit, ce qui la révolte, les décapitations, les hommes en croix, les bombardements, les enfants qui meurent de ne pouvoir être soignés. Elle nous raconte le quotidien de l’horreur sur terre, quand la folie de Bachar se conjugue à la cruauté de l’état islamique (je ne mets pas de majuscule à cette hypocrisie!). Nissan nous raconte son quotidien, avec un humour qui oscille entre le désespoir et l’exaltation, car il lui faut croire en un jour où toute la Syrie sera débarrassée de ces fous d’Allah. On la suit dans les ruelles, dans les ruines, dans l’enfermement de l’appartement de ses parents. Elle se sait condamnée, autant par le régime que par les fous d’Allah.

Nissan est cette Anne Frank du vingt et unième siècle, acculée, oppressée, cernée, et c’est donnée par un de ses cousins qu’elle finira sous la mitraille. Ces derniers mots seront: « Ces jours-ci, je pense au repos, à la paix, à la sécurité, à la tranquillité. Peut-être les rencontrerai-je un jour, par hasard! »

Tu peux reposer en paix Nissan, Hala Kodmani a mis en mots plus que tous tes espoirs, elle y a imprimé le sceau de ta vie.

Publicités